Mexique : une attaque à main armée fait 15 morts dans une discothèque

International
FUSILLADE - Dans la nuit de vendredi à samedi, une attaque à main armée dans une discothèque a fait 15 morts au Mexique. Elle pourrait être l'oeuvre d'un cartel.

Une fusillade qui a fait 15 morts. Ce samedi, une attaque à main armée contre une discothèque de l'Etat de Guanajuato dans le centre du Mexique a fait au moins 15 morts et quatre blessés, a annoncé le parquet local samedi. "Quinze hommes ont perdu la vie", a déclaré à nos confrères de l'AFP Juan José Martinez, porte-parole du parquet de cet Etat. Les blessés ont été transférés vers les hôpitaux de la région. 


Selon les premiers éléments, plusieurs hommes armées sont arrivés dans la nuit de vendredi à samedi devant l'établissement appelé "La Playa" dans la ville de Salamanca et ont ouvert le feu contre les clients et les employés avant de s'enfuir, selon Juan José Martinez. Pour le moment, les causes de l'attaque restaient inconnues. Si aucun lien n'était pour l'heure clairement établi, cette fusillade intervient alors qu'une vaste opération des forces de l'ordre vient d'être lancée dans cet Etat contre un puissant groupe criminel spécialisés dans le vol de carburants. 

Le président mexicain, Lopez Obrador, qui a pris ses fonctions le 1er décembre, a lancé une offensive contre les vols de combustible qui coûtent environ trois milliards de dollars à l'entreprise publique Pemex, et génère de nombreuses violences. 


C'est dans cette même ville de Salamanca qu'un véhicule contenant une fausse bombe avait été abandonné fin janvier devant une raffinerie. Des pancartes exigeant la libération de présumés criminels arrêtés récemment dans le cadre de la stratégie nationale de Lopez Obrador contre le vol de carburant, et demandant le retrait des soldats déployés à Guanajuato, avaient été découvertes à proximité.  Elles étaient signées du chef présumé d'un groupe criminel baptisé Santa Rosa de Lima, qui menace de s'en prendre aux militaires et à des civils si ses revendications ne sont pas entendues. 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter