MH17 : un séparatiste annonce que l'avion a été abattu par des rebelles sur le Facebook russe

MH17 : un séparatiste annonce que l'avion a été abattu par des rebelles sur le Facebook russe

CRASH DU MH 17 – Les responsabilités dans l'affaire du Boeing de la Malaysia Airlines, abattu jeudi après-midi dans l'Est de l'Ukraine, ne sont pas encore identifiées alors que les forces en présence s'accusent mutuellement. Des messages interceptés par Kiev pourraient toutefois changer la donne, en pointant les rebelles du doigt.

Qui a abattu le MH17 ? Le Boeing de la Malaysia Airlines, qui reliait Amsterdam à Kuala Lumpur, a été abattu jeudi par un missile sol-air alors qu'il survolait l'Est de l'Ukraine. Pour l'heure, pouvoir officiel et forces rebelles se renvoient la responsabilité de l'affaire . Cependant, des indices laissent à penser que les forces indépendantistes pourraient être les responsables de l'attaque.

Le Boeing confondu avec un appareil militaire ?

Il y a d'abord ce message posté par le "ministre de la Défense" des indépendantistes, Igor Strelkov, sur Vkontakte, l'équivalent russe de Facebook. "On vient d'abattre un An-26 près de Snijné, il traîne quelque part derrière la mine Progress", a-t-il publié sur sa page. L'An-26 est un avion de transport militaire notamment utilisé par l'armée ukrainienne. Sous ces quelques mots, il a ajouté une vidéo sur laquelle on peut voir de la fumée noire s'élevant du site du crash, des images qui présentent une grande ressemblance avec celles publiées sur Youtube des débris de l'avion malaysien.

Toute l'info sur

Crash du vol MH17

Un enregistrement compromettant

Pour étayer cette thèse, les services de sécurité ukrainien ont également publié sur Internet ce qu'ils présentent comme une conversation interceptée entre deux chefs rebelles après leur arrivée sur le site du crash.

- "Ce sont les gars du check-point Tchernoukhine qui ont abattu l'avion. Il s'est désintégré dans l'air", dit l'un d'eux, "Major".

- "Et alors?" demande l'autre, "Grek".

- "C'est un avion civil à 100%" (...).

- "Y a-t-il des armes?"

- "Non, rien, seulement des affaires civiles".

- "Des documents?"

- "Il y en a un d'un étudiant indonésien".

Si ces indices concordent à pointer du doigt les forces rebelles de l'est ukrainien, il faut toutefois rester prudent pour l'instant. Les forces en présence dans la région se livrent en effet à une importante guerre médiatique depuis plusieurs mois et, sans authentification indépendante, rien ne garantit la validité des images. Les experts du renseignement américain, d'ailleurs, reconnaissent ne pas encore connaître l'origine du tir qui a abattu le Boeing.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : plus de 48.000 contaminations en 24 heures, en hausse de 55% sur une semaine

Covid-19 : l'Allemagne impose des restrictions drastiques aux non-vaccinés

Cinquième vague : l'épidémiologiste Arnaud Fontanet appelle les Français à réduire leurs contacts de "10 à 20%"

Autriche : une chirurgienne ampute la mauvaise jambe, elle est condamnée à une amende

Affaire Hulot : "La justice ne se rend pas dans les tribunaux médiatiques", réagit Emmanuel Macron

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.