Dans la tourmente, Trump discrédite son ex-avocat et loue son ex-chef de campagne

COUP DUR - Le président a invectivé son ancien avocat, qui a avoué avoir payé Stormy Daniels et Karen McDougal en son nom pour qu'ellegardent le silence sur les relations sexuelles qu'elles disent avoir eu avec lui. A l'inverse, il s'est montré plus miséricordieux à l'égard de Paul Manafort, son ancien directeur de campagne, partiellement découvert coupable dans le cadre de l'enquête russe.

C'est une nouvelle que la Maison Blanche redoutait depuis plusieurs semaines. Mardi, Michael Cohen, ex-avocat personnel de Donald Trump, a accepté de plaider coupable devant un juge fédéral pour huit chefs d'accusation dont cinq pour fraude fiscale et deux pour violation des lois sur le financement des campagnes électorales.


Interrogé à Manhattan, à New-York, l'ancien avocat et homme d'affaires a indiqué avoir versé des sommes de 130.000 et 150.000 dollars destinées à deux femmes - l'actrice de films pornographiques Stormy Daniels et l'ancienne playmate Karen McFougal - affirmant avoir eu une liaison avec Donald Trump en échange de leur silence. Des versements effectués selon lui "à la demande du candidat" et "avec l'intention d'influencer l'élection" présidentielle de 2016.

Un coup dur pour le président américain, Michael Cohen ayant été l'un des plus proches confident du milliardaire. Ce père de famille de 51 ans a rendu durant dix ans des loyaux services à l'ex-magnat de l'immobilier new-yorkais. Loyal au point d'avoir dit un jour qu'il serait prêt à "prendre une balle pour le président". 


Cependant, ces dernières semaines, la relation entre les deux hommes a profondément changé. Michael Cohen, dont les bureaux ont été perquisitionnés en avril, a à la fin du mois de juillet changé d'avocat et semble désormais prêt à attaquer de front son ancien client, faisant diffuser en particulier un enregistrement compromettant pour le président.

L'ancien directeur de campagne de Trump condamné

Quelques instants auparavant, signe que les déboires judiciaires des (ex) proches de Donald Trump ne manquent pas, l'ancien chef de campagne de ce dernier, Paul Manafort, a lui été condamné pour fraude bancaire et fiscale, les jurés échouant toutefois à prononcer un verdict pour 10 chefs d'accusation à son encontre. Le jury s'est en effet accordé sur seulement huit des 18 chefs d'accusation pesant contre l'ancien lobbyiste, au terme du premier procès émanant de l'enquête russe sur l'élection présidentielle de 2016.


Une condamnation à laquelle Donald Trump a d'abord réagi face à la presse lors de son arrivée à Charleston, en Virginie occidentale, jugeant qu'elle faisait partie d'une "chasse aux sorcières" à son encontre. Il s'est en outre dit "très triste" et a souligné que Paul Manafort était "un homme bien". 


Le président américain a ensuite poursuivi mercredi sur Twitter. Là, il a reproché à Michael Cohen d'avoir "cédé" face à la pression des enquêteurs, en accusant le juriste d'avoir "inventé des histoires afin d'obtenir un accord" de négociation de peine. J'ai un "tel respect pour un homme courageux" comme Paul Manafort, a au contraire écrit Donald Trump.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La présidence Donald Trump

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter