Midterms : Rashida Tlaib, l'une des deux premières femmes musulmanes élues à la Chambre des représentants

International
PORTRAIT - Rashida Tlaib, une ancienne avocate de 42 ans, a remporté en septembre une primaire démocrate dans le Michigan. Sans concurrence, elle a été élue ce mardi 6 novembre aux élections de mi-mandat. Et être ainsi l'une des deux premières femmes musulmanes à siéger au Congrès.

"Nos enfants méritent mieux !". Il y a deux ans, Rashida Tlaib court-circuitait un meeting du candidat Donald Trump à Detroit, s'invitant sur scène avant de se faire sortir par le service d'ordre. Deux ans plus tard, cette fille d'immigrés palestiniens va s'offrir une nouvelle tribune contre le président, puisqu'elle est devenue ce mardi 6 novembre l'une des deux premières femmes musulmanes à siéger au Congrès américain.


Cette ancienne avocate de 42 ans a en effet remporté en septembre une primaire démocrate dans le Michigan. Aucun autre candidat ne se présentant en face, elle était assurée de faire son entrée à la Chambre des représentants après les Midterms. Visiblement émue à l'annonce des résultats, la quadragénaire s'était jetée dans les bras de sa mère, originaire d'un village de Cisjordanie. "Ma famille est scotchée devant la télé. Ma grand-mère, mes tantes et mes oncles sont rassemblés pour regarder leur petite-fille", avait-elle lancé les larmes aux yeux.

"Nous faisons partie intégrante de la société"

Diplômée de droit, Rashida Tlaib est née et a grandi à Détroit dans une famille de 14 enfants. Elle a travaillé comme avocate avant de faire son entrée en 2009 à la Chambre des représentants du Michigan. Sa politique ? Un programme résolument progressiste qui va de l'égalité salariale hommes-femmes à l'université gratuite, en passant par la santé publique, les droits LGBT, l'abrogation du décret migratoire de Trump ou encore la protection de l'environnement.


L'élection du républicain Donald Trump a sonné selon elle comme un "signal d'alarme" pour de nombreuses femmes américaines, qui n'ont jamais été aussi nombreuses à postuler au Congrès, principalement dans le camp démocrate, après une année marquée par le mouvement #MeToo. Elle explique que des raisons plus personnelles ont motivé sa candidature, notamment les difficultés de ses deux fils à trouver leur place dans un pays de plus en plus hostile à l'égard des musulmans, qui représentent environ 1,1% de la population américaine. "Toute la laideur et la haine dont vous entendez parler, ce n'est pas qui nous sommes", avait-elle déclaré après sa victoire en septembre.


Sa politique d'ouverture aux minorités, Rashida Tlaib pourrait bien ne pas la défendre seule devant les autres membres du Congrès. Ilhan Omar, une réfugiée somalienne musulmane, a elle aussi remporté un siège à la Chambre des représentants. Elle s'est présentée en effet au Minnesota, une circonscription majoritairement démocrate où elle est la candidate du parti. Seule ou non, Rashida Tlaib avait affirmé en mai à la chaîne CBS News que son élection enverrait "un grand message" à l'ensemble des Etats-Unis : "Nous faisons partie intégrante de la société et nous voulons lui rendre quelque chose en retour, comme tous les autres."

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Midterms, un succès pour Donald Trump ?

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter