Migrants : au large des côtes grecques, un nouvel Aylan Kurdi ?

International
DRAME –Relayée par les médias espagnols, l’image terrible d’un enfant noyé au large des côtes grecques rappelle que la crise des migrants est loin d’être terminée. Et remet en mémoire la silhouette du petit Aylan, garçon syrien échoué sur une plage turque.

L’enfant, vraisemblablement une fillette, flotte à la surface, son gilet de sauvetage trop grand pour elle autour du corps. Son visage est pâle, ses bras sont en croix. A ses côtés, un homme, de l’eau jusqu’aux genoux, tire le petit corps par un pied pour l’amener sur le rivage. Mais pour cette jeune réfugiée comme pour trois autres enfants, il est trop tard.

L’embarcation de ces migrants en provenance de Turquie est entrée en collision jeudi avec un bateau de garde-côtes grec, au large de l’île de Lesbos (Grèce). Selon les agences de presse espagnoles qui relatent l’accident, trois adultes sont également morts noyés et une huitième personne est toujours recherchée. Les 31 autres passagers qui voyageaient à bord d’un canot de fortune ont pu être secourus par les gardes côtes.

Pas d’émoi, pas d’effroi

Cette photo, terrible, n’est pas sans rappeler celle d’Aylan Kurdi, ce petit garçon syrien retrouvé échoué sur une plage turque le 2 septembre. Un cliché qui a suscité une vague de compassion et d’indignation sans précédent au sujet du drame des migrants, menant à un accord entre dirigeants européens sur l’accueil de réfugiés.

Cette fois pourtant, l’émoi et l’effroi populaires semblent être moins au rendez-vous. Près de 24 heures après sa publication par l’agence Reuters, le cliché de cette petite fille échouée illustre certes beaucoup d’articles en Espagne, mais ne suscite pour l'heure que peu de réactions.

A LIRE AUSSI 
>> Les garde-côtes grecs ont-ils coulé un bateau de migrants ? >> Franck Génauzeau, reporter pour France 2 en mer avec les migrants : "J'avais peur qu'un mouvement de panique nous fasse chavirer"

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter