Migrants : la justice italienne autorise l'Open Arms à s'approcher des côtes de Lampedusa

International
MIGRANTS - Un tribunal administratif italien a suspendu un décret du ministre de l’Intérieur Matteo Salvini qui interdisait au navire humanitaire Open Arms d'accéder aux eaux territoriales italiennes.

Le navire humanitaire espagnol Open Arms se dirigeait mercredi soir vers Lampedusa avec 147 migrants à bord, après une décision judiciaire qui suspend un décret du ministre Matteo Salvini lui interdisant les eaux territoriales italiennes. L'ONG Proactiva Open Arms a cependant assuré qu'elle n'envisageait pas d'accoster de force, comme l'avait fait le Sea-Watch 3 fin juin. Elle compte dans l'immédiat s'abriter du mauvais temps : l'Open Arms, comme l'Ocean Viking, le navire de SOS Méditerranée et Médecins sans frontières (MSF) qui cherche également un port pour plus de 350 migrants, ont diffusé ce mercredi des vidéos montrant des creux allant jusqu'à 2,5 mètres qui secouent les bateaux et leurs passagers.

La France se tient sur ses positions

Malgré tout, Matteo Salvini a annoncé un recours "urgent" contre la décision, et a signé un nouveau décret, au motif que le comportement de l'Open Arms depuis le premier décret démontrait son "objectif politique de porter (les migrants) en Italie". "Nous avons gagné le recours que nous avions présenté devant un tribunal administratif en Italie", a auparavant déclaré Oscar Camps, fondateur de l'ONG espagnole Proactiva Open Arms, lors d'une conférence de presse à Madrid. "La seule chose qui manque, c'est qu'on nous assigne un port", a-t-il déclaré.


Après un total de trois opérations de secours au cours des 12 derniers jours et une série d'évacuations médicales, l'Open Arms compte désormais 147 migrants à bord, dont près d'une trentaine de mineurs. Malte n'en a accepté qu'une partie - ceux secourus dans sa zone de compétence - et l'ONG a refusé leur transfert par peur de la réaction de ceux qui devraient rester à bord.


A Paris, la présidence de la République a assuré que la France était "active", "en lien avec la Commission européenne", pour trouver une solution pour les quelque 500 migrants des deux navires, tout en rappelant ses deux principes : débarquement dans "le port sûr le plus proche" puis répartition des migrants.

Matteo Salvini avait interdit les eaux italiennes au navire

Matteo Salvini, qui réclame une rotation dans les ports de débarquement, avait signé un décret interdisant, au nom de la défense de l'ordre public, les eaux italiennes à l'Open Arms début août, juste après le sauvetage des premiers migrants. En cas d'infraction, l'ONG risquait une amende allant jusqu'à un million d'euros et la confiscation du navire. Jusqu'à la décision judiciaire de vendredi.


"C'est un succès : le droit maritime international prévaut", s'est réjoui Oscar Camps après la suspension de ce décret. Selon la presse italienne, le tribunal a reconnu "un excès de pouvoir" et une violation du droit international en matière de secours en mer.


"Mais quel étrange pays", a raillé Matteo Salvini lors d'un meeting sur une plage de Ligurie (nord-ouest). "Le tribunal administratif du Latium (région de Rome) veut donner l'autorisation de débarquer en Italie à un navire étranger chargé d'immigrés étrangers". Après avoir sabordé son alliance avec le M5S en réclamant des élections dès octobre, le ministre de l'Intérieur, l'homme fort du gouvernement crédité de 36 à 38% d'intentions de vote, fait face à une tentative de front contre lui entre le M5S et le Parti démocrate (centre gauche).


Dans ce contexte, la question migratoire est explosive : mercredi matin, le PD a demandé au chef du gouvernement Giuseppe Conte de faire débarquer au plus vite les migrants de l'Open Arms. Une revendication à laquelle Salvini a immédiatement réagi  en dénonçant "une tentative pour revenir en arrière, recommencer à ouvrir les ports italiens et faire de l'Italie le camp de réfugiés de l'Europe".

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter