Missiles russes tombés en Iran : info ou intox ?

International
MISSILES PERDUS - L'Iran n'a pas confirmé vendredi à la mi-journée la chute sur son territoire de quatre missiles russes visant la Syrie, comme l'affirme l'administration américaine. La Russie assure que l'ensemble des missiles tirés "ont atteint leur cible".

Sur le théâtre syrien, la suspicion entre Russes et Américains reste plus que jamais la règle. Dernier épisode en date : l'affirmation d'un responsable américain, confirmant une information de CNN, selon laquelle "au moins quatre" missiles russes visant la Syrie seraient tombés par erreur mercredi sur le sol iranien.

Jeudi, l'armée russe a déjà démenti l'information de CNN . "N'importe quel professionnel sait que lors de ces opérations, nous fixons toujours la cible avant et après l'impact : tous les missiles tirés de nos croiseurs ont atteint leur cible", a déclaré dans un communiqué le porte-parole du ministère russe de la Défense, le général Igor Konachenkov. Vendredi, c'est au tour de l'Iran - allié objectif du régime syrien, et donc de la Russie - de mettre en doute l'hypothèse d'un tir raté russe. "Nous ne confirmons pas" cette information, a laconiquement répondu la porte-parole, Marzieh Afkham, à une question sur une éventuelle chute mercredi en territoire iranien de missiles russes tirés vers la Syrie à partir de la mer Caspienne.

26 missiles russes tirés mercredi

Le responsable américain à l'origine de l'information n'avait pas donné de détails sur les régions qui auraient pu être touchées en Iran ni sur d'éventuels dégâts provoqués par les missiles. Officiellement, la Russie a tiré mercredi 26 missiles contre des positions de Daech en Syrie depuis la mer Caspienne. Les milices kurdes irakiennes affirment dans une vidéo publiée sur Youtube avoir filmé l'un de ces missiles.
 
Les relations restent particulièrement tendues entre les principaux belligérants en Syrie, pourtant unis contre l'Etat islamique. Selon une source américaine citée par CNN, au moins deux incidents entre des chasseurs russes et des drones américains ont failli se produire dans le ciel syrien faute de coordination entre les forces des deux pays. Vendredi, le ministre français de la Défense Jean-Yves Le Drian a estimé que 80 à 90 % des bombardements russes en Syrie ne visaient pas l'Etat islamique mais servaient à "protéger" le président syrien Bachar al-Assad, dont la France réclame la mise à l'écart.
 
À LIRE AUSSI
>> Syrie : la tension monte entre Washington et Moscou
>> Syrie : la Turquie intercepte un avion de chasse russe
>> Jean-Yves Le Drian : "La France a frappé Daech cette nuit"
 
 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter