Mohamed Abdeslam a menti sur son passé judiciaire

Mohamed Abdeslam a menti sur son passé judiciaire

DirectLCI
BELGIQUE - Le frère des deux terroristes impliqués dans les attentats de Paris avait affirmé devant les enquêteurs ne "jamais avoir eu d'ennui avec la justice." Ce qui n'est pas exact, a révélé la presse belge ce week-end.

Mohamed Abdeslam est aujourd'hui dans une position bien inconfortable. Frère de Salah Abdeslam, toujours en cavale, et de Brahim, qui s'est fait exploser boulevard Voltaire, l'homme, placé en garde à vue avant d'être mis hors de cause dans l'enquête sur les attentats de Paris, doit, à longueur de médias qui le sollicitent, se désolidariser de ses deux terroristes de frères.

En ce qui concerne son propre parcours, devant les enquêteurs qui l'ont interrogé, Mohamed Abdeslam l'avait certifié : "Je n’ai jamais eu d’ennuis avec la justice", avait-il affirmé. Une assertion qui se retourne aujourd'hui contre lui.  Selon le média belge DH , son nom apparaît en effet dans une affaire remontant à 2005, celle dite du "gang des ambulanciers charognards". Il s'agissait de sept ambulanciers qui détroussaient les cadavres pendant leurs transferts vers les hôpitaux. Montres, bijoux, argent, cartes bancaires, clés de véhicules, étaient régulièrement dérobées.

Une "grosse erreur de jeunesse"

Rapidement interpellés, les sept ambulanciers ont avoué avoir volé de la sorte entre 20 et 30 cadavres. Mohamed Abdeslam faisait partie de ces ambulanciers. Il avait alors 18 ans. Durant les audiences devant le tribunal correctionnel de Bruxelles en 2010, il avait expliqué au juge : "Je suis un voleur, une crapule, un vautour." Dans cette affaire, Mohamed Abdeslam a écopé de deux ans de prison avec sursis.

De retour en 2015, son avocate, Nathalie Gallant, a estimé que son client "a été jugé par défaut. Il a encore la possibilité de faire opposition et reste donc présumé innocent. De plus, les faits remontent à plus de dix ans", a-t-elle argué à la presse belge.

Le principal intéressé s'est défendu lui-même de ces révélations. Interrogé par la RTBF, Mohamed Abdeslam a indiqué qu'il s'agissait d'une époque où il "ne réfléchissait pas trop". "C'est une affaire qui date de plus de onze ans. J'étais encore un jeune garçon immature et pas très responsable", s'est-il justifié, admettant avoir commis à l'époque une "grosse erreur de jeunesse".

À LIRE AUSSI
>> Salah, Brahim et Mohamed : la fratrie Abdeslam au cœur de l'enquête
>> Attentats de Paris : Salah Abdeslam a-t-il craqué ?
>> Mohamed Abdeslam pense que son frère Salah "n'a pas été au bout" des attaques

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter