Coupe du monde 2018 : la Chine arrête 540 personnes soupçonnées d'organisation de paris illégaux

Coupe du monde 2018 : la Chine arrête 540 personnes soupçonnées d'organisation de paris illégaux

DirectLCI
CRAPULERIE - A quelques jours de la finale de la Coupe du monde 2018, la Chine a arrêté plusieurs centaines de personnes soupçonnées d’avoir organisé des paris en ligne sur des plateformes illégales, brassant plus d'un milliard d’euros.

La police chinoise a arrêté 540 personnes soupçonnées d'avoir organisé des paris en ligne illégaux durant la Coupe du monde de football, a annoncé un média d’Etat. Les personnes arrêtées sont suspectées d'avoir utilisé 70 applications mobiles et sites internet, ainsi que 250 groupes de discussions en ligne, afin d'attirer de nouveaux clients. Quelque 330.000 parieurs étaient impliqués dans ces transactions réalisées via la plateforme, dont le montant global s'élève à  plus de 10 milliards de yuans (1,3 milliard d'euros), selon l’agence Chine nouvelle. 


La plateforme internet incriminée réalisait la plupart de ses transactions en bitcoin (une monnaie virtuelle) a indiqué le média d’Etat, qui cite les autorités de la province du Guangdong, dans le sud du pays. La police a par ailleurs saisi des serveurs informatiques, des ordinateurs, des téléphones portables et des cartes bancaires. 

Les casinos sont interdits en Chine continentale. Mais les Chinois peuvent parier sur les résultats de matches de football via une loterie sportive légale, qui connaît un véritable engouement depuis le lancement de la Coupe du  monde, le 14 juin. Cette loterie publique est gérée par l'Administration chinoise des sports, qui reverse une partie des gains au financement des stades ou encore à la formation des jeunes athlètes. 


Mais le gouvernement reste vigilant contre tout système illégal. Des dizaines d'applications mobiles de paris avaient ainsi été interdites durant la première semaine de la Coupe du monde. Pendant l’Euro 2016, ce sont 4100 personnes qui avaient été arrêtées dans toute l’Asie dans le cadre d'une opération coordonnée par Interpol, visant des sites et lieux de paris clandestins.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter