Monica Lewinsky se pose en "première victime" de l'humiliation sur Internet

Monica Lewinsky se pose en "première victime" de l'humiliation sur Internet

DirectLCI
CONFESSION – L'ancienne stagiaire de la Maison-Blanche Monica Lewinsky sort de son silence, 16 ans après le scandale des révélations de sa liaison avec le président américain Bill Clinton. Elle publie un long texte dans le magazine américain Vanity Fair, où elle explique pourquoi elle veut s'engager dans la défense des victimes d'humiliations sur Internet.

"Il est temps de tourner la page". L'ancienne stagiaire de la Maison Blanche Monica Lewinsky, avec laquelle Bill Clinton a reconnu en 1998 avoir eu une "relation inconvenante", sort de son silence. Agée aujourd'hui de 40 ans, l'Américaine publie un long texte dans le magazine Vanity Fair . Elle explique être restée "recluse" ces dernières années, refusant toutes les sollicitations de la presse, craignant en particulier " de devenir un problème si (Hillary Clinton) lançait sa campagne" pour l'élection présidentielle de 2016.

Mais aujourd’hui, Monica Lewinsky ne veut plus se taire. Elle revient sur sa relation avec le président, son parcours professionnel chaotique après le scandale, mais surtout son immense solitude et le sentiment de honte qu'elle a ressenti durant des années. Ma souffrance "a pris une autre signification" en 2010, confesse-t-elle. Le déclic, ce fut le suicide, en septembre de cette année, d'un étudiant homosexuel, Tyler Clementi , à l'université de Rutgers (New Jersey, est). L'adolescent de 18 ans avait mis fin à ses jours quand une vidéo, prise à son insu, le montrant en train d'embrasser un autre garçon, avait fait le tour du web.

"J'ai été la personne la plus humiliée au monde"

Quand elle a appris la mort du jeune homme, Monica Lewinsky raconte avoir fondu en larmes. La nouvelle a surtout ému sa mère : "Elle a de nouveau vécu ce qu'il s'est passé en 1998, quand elle refusait de me quitter des yeux. Elle a repensé à ces semaines où elle restait dans ma chambre pour dormir parce que, moi aussi, j'avais des pensées suicidaires". Monica Lewinsky précise n'avoir jamais tenté de se mettre fin à ses jours, mais explique avoir ressenti la "honte, la haine et la peur", comme ces autres personnes victimes d'humiliations sur Internet.

"Peut-être qu'en partageant mon histoire, je me suis dit, je suis capable d'aider les autres dans leurs moments les plus noirs d'humiliation", explique l'ancienne stagiaire de la Maison-Blanche. Elle estime avoir été, en 1998, "non seulement la personne la plus humiliée au monde", mais "sans doute la première personne dont l'humiliation mondiale a été propagée par internet". Son objectif, assure-t-elle, est désormais de s'impliquer dans la défense "de victimes d'humiliations et de harcèlement en ligne et de commencer à parler de ce sujet dans des forums publics".


>> Lire ici l'article de Vanity Fair (en anglais). Le texte intégral sera publié en ligne le 8 mai et dans les kiosques le 13 mai.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter