Monsanto "jugé" par un tribunal citoyen pour crime contre l'humanité

DirectLCI
SYMBOLE - Un procès symbolique contre Monsanto s’ouvre ce vendredi à La Haye. Organisé par des membres de la société civile, il vise à condamner l’ensemble du système agro-industriel, et faire évoluer le droit international.

Plusieurs centaines de personnes sont attendues à partir de ce vendredi à La Haye (Pays-Bas) pour un week-end de procès à l'encontre du géant américain Monsanto. Ce n'est pas (encore?) la Cour pénale Internationale qui va se pencher sur la multinationale, poursuivie pour violation de droits humains, crime contre l'humanité et écocide, mais une assemblée d'ONG et de militants, soutenus par des sociétés et des fondations comme Biocoop ou Léa Nature.

Tribunal Monsanto

Mais faux procès ne veut pas dire absence de sérieux. Cinq juges de renommée internationale seront bien présents et chargés d'évaluer les accusations retenues contre Monsanto. Parmi eux, Dior Fall Sow (consultante pour la CPI), Eleonora Lamm (Cour Suprême de Justice de Mendoza) ou encore Jorge Fernandez Souza (Cour des contentieux administratifs de Mexico) devront statuer sur les faits reprochés à la firme américaine, de "juger les dommages causés", et d'"évaluer les actions de Monsanto au regard du crime d'écocide", soit l'acte de détruire un écosystème. Plus précisément, c'est la vente de produits toxiques tels que le glyphosate (le célèbre Roundup, classé cancérogène en mai 2015 avant d'être déclaré "cancérigène improbable" en mai), accusés d'avoir causé la mort de milliers de personnes.

Le Tribunal Monsanto auditionnera vingt plaignants venus des Amériques, d'Afrique, d'Europe et d'Asie, représentés par des avocats spécialistes. Trente témoins et experts viendront par ailleurs partager leurs expériences et analyses au cours de ces deux journées.

Inclure l'écocide à la CPI

Malgré son nom, le Tribunal Monsanto ne vise pas uniquement la multinationale américaine, mais entend dénoncer l'ensemble du système agro-industriel, et faire évoluer le droit international. Il s'agit ainsi d'"examiner l'opportunité de réformer le Statut de Rome", qui a créé la Cour pénale internationale, "afin d'y inclure le crime d'écocide et de permettre la poursuite des personnes physiques et morales soupçonnées d'avoir ce crime".

Le présent projet ne vise pas uniquement MonsantoTribunal Monsanto

Le 15 septembre, la CPI avait annoncé qu'elle poursuivrait pour crimes contre l'humanité les crimes liés à l'"exploitation illicite des ressources naturelles, à l'appropriation illicite de terres et à la destruction de l'environnement". La mobilisation de ce week-end pourrait permettre de renforcer cette initiative, en définissant un cadre légal approprié.


L'entreprise Monsanto a quant à elle dénoncé une "mascarade" et "un simulacre de tribunal", et n'a pas souhaité être représentée dans ce qu'elle considère comme u procès "uniquement à charge". Les juges du Tribunal Monsanto rendront leur verdict en décembre.

VIDÉO - Monsanto condamné pour l'intoxication d'un agriculteur

En vidéo

Monsanto condamné pour l'intoxication d'un agriculteur

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter