Mormons tués au Mexique : l’enfer vécu par les enfants survivants, cachés dix heures dans les collines

International

TRAGÉDIE - Neuf Américains, trois femmes et six enfants membres de la communauté mormone, ont été tués dans le nord du Mexique lundi 4 novembre par une organisation criminelle. Huit enfants ont échappé au massacre, en restant cachés dans des buissons pendant dix heures.

Les Mormons massacrés lundi 4 novembre dans le nord du Mexique ont-ils été les victimes collatérales de la guerre que se livrent les cartels dans la région ? C’est ce qu’a déclaré, deux jours après le drame, le secrétaire mexicain à la Défense Nationale, le général Homero Mendoza, lors d’une conférence de presse. Selon lui, les neuf personnes tuées, trois femmes et six enfants tous issus d'une même famille étendue, se sont retrouvées au milieu d’une fusillade entre le cartel de la Linea et celui de Los Salazar. 

Mais pour les proches des victimes, les faits n’ont rien d’un accident. Interrogé par de nombreux médias mexicains, Julián LeBaron affirme que sa famille était la cible directe des assaillants : "Ma cousine Rhonita allait chercher son époux à l'aéroport de Phoenix (Etats-Unis). Ils leur ont tendu une embuscade, ils ont ouvert le feu sur la camionnette et ils l'ont incendiée avec ses quatre enfants. C'est un massacre", a-t-il raconté.

Voir aussi

Un massacre, et une tragédie traumatisante pour les survivants. D’autant plus que ceux-ci ne sont que des enfants, qui ont dû se cacher pendant des heures. 

23 kilomètres de marche pour aller chercher de l'aide

Les trois femmes tuées, accompagnées de leurs 14 enfants, voyageaient dans trois véhicules lorsque les auteurs de l’attaque les ont bloqués et ont ouvert le feu. A l’intérieur du dernier véhicule, Rhonita Lebaron, 30 ans, et quatre enfants âgés de 8 mois à 12 ans ont tout de suite étaient tués. Les deux autres véhicules ont été attaqués quelques kilomètres plus loin. "Quand les tirs ont cessé, les assaillants sont descendus de la montagne et ont sorti les enfants des voitures, puis ils leur ont dit, en gros, de s’en aller", a raconté à CNN un proche des victimes.

Ce dernier a ajouté que les enfants ont marché 300 mètres, se relayant pour porter l’un d’eux, Cody, âgé de huit ans et blessé à la jambe et la mâchoire, avant de se mettre à couvert. Devin, 13 ans, qui n’avait pas été touché par les balles, les a cachés dans des buissons, puis a marché 23 kilomètres jusqu’à son village pour demander de l’aide, comme le rapporte le Guardian. "Il était affamé et déshydraté après avoir marché pendant des heures", souligne le New York Times.

"Il faut aller chercher les autres"

Le temps que les secours, y compris une escorte armée, parviennent sur le site, les enfants ont déjà attendu, terrifiés, pendant près de dix heures. Plusieurs, outre Cody, ont été blessés par balle. McKenzie, une petite fille de neuf ans, manque à l’appel : elle aussi, ne voyant pas Devin revenir, est partie chercher des secours. Il faudra encore plusieurs heures pour qu’elle soit retrouvée, entre autres par Kenneth Miller, un oncle, par ailleurs beau-père de Rhonita Lebaron. "La première chose qu’elle a dit, c’est ‘il faut aller chercher les autres’", raconte-t-il. 

Une fois secourus, les enfants ont été conduits à l’hôpital aux Etats-Unis. McKenzie et sa sœur, Kylie, 14 ans, en sont sorties mercredi, et ont été ramenées au Mexique pour assister aux funérailles, entre autres, de leur mère.  Sur les lieux de l’attaque, un autre survivant a été trouvé : un bébé de sept mois, épargné par les balles, toujours installé dans son siège auto. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter