Mort de Breonna Taylor : deux policiers blessés par balles lors d'une manifestation aux Etats-Unis

Breonna Taylor a été tuée le 13 mars dernier et est devenue un symbole de la lutte antiraciste aux Etats-Unis
International

BLACK LIVES MATTER - L’un des policiers impliqués dans la mort de Breonna Taylor a été inculpé pour mise en danger de la vie d’autrui et non pour homicide. Pour dénoncer cette décision, des manifestations ont éclaté dans le pays et deux policiers ont été blessés par balle à Louisville.

Elle est devenue un symbole de la lutte antiraciste aux Etats-Unis. Breonna Taylor, une Afro-Américaine de 26 ans, a été tuée à son domicile le 13 mars dernier en pleine nuit par des policiers. Ce mercredi, le procureur en charge du dossier, a annoncé qu'aucun des trois policiers impliqués dans sa mort n'étaient inculpé pour homicide. Une nouvelle qui a ravivé la colère du mouvement Black Lives Matter aux Etats-Unis, notamment à Louisville, d'où était originaire l'infirmière de 26 ans. 

Des manifestations ont éclaté dans plusieurs villes du pays, dont New York, Portland, Philadelphie ou encore Boston, pour dénoncer cette décision qu’ils jugent insuffisante. A Louisville, quelques centaines de personnes se sont retrouvées dans le centre-ville malgré le couvre-feu mis en place par la municipalité. Un important dispositif policier était présent et la ville a décrété l’état d’urgence.

Mais des violences ont tout de même éclaté entre manifestants et forces de l'ordre. "Deux agents de police ont été blessés par balle. Ils sont en train d'être soignés à l'hôpital University", a indiqué le chef par intérim de la police de Louisville, Robert Schroeder. Il a précisé que leur état était stable et qu'un suspect a été arrête. 

Une décision "scandaleuse et insultante"

La jeune infirmière de 26 ans a été tuée à son domicile en pleine nuit, le 13 mars dernier, lors d’une perquisition dans son appartement à Louisville dans le Kentucky. Brett Hankison, policier impliqué dans la fusillade, a été inculpé pour mise en danger de la vie d'autrui. Pas pour la vie de Breonna Taylor, mais celle de ses voisins, qui ont reçu dix balles perdues dans leur domicile lors de la fusillade. 

Pour les deux collègues de Brett Hankison, aussi présents pendant la perquisition, aucun chef d'inculpation n'a été retenu. Le procureur a estimé que l’usage de la force pour les deux policiers "Mattingly et Cosgrove était justifié pour se protéger. Cette justification nous empêche de les poursuivre pour la mort de Breonna Taylor". 

Pour la famille de Breonna Taylor, cette annonce est un coup dur. L'avocat de la famille a dénoncé une décision "scandaleuse et insultante", qui est "un nouvel exemple d'absence de responsabilité pour le génocide des gens de couleur perpétré par des policiers". La sœur de la jeune femme, Juniyah Palmer, a elle, réagi sur Instagram, "ma soeur, le système pour lequel tu travaillais si dur t'a laissée tomber".  Le procureur en charge du dossier s'est dit conscient que "ces charges annoncées aujourd'hui ne satisferont pas tout le monde", avouant avoir eu "une discussion difficile" avec la famille de Breonna Taylor.

Joe Biden, adversaire de Donald Trump à l’élection américaine a dit "comprendre la frustration" des manifestants, mais a appelé au calme, "la violence n'est jamais et ne peut être jamais acceptable", a-t-il déclaré sur Twitter. Donald Trump a quant à lui apporté, son soutien au procureur Cameron. D'après les médias locaux, Brett Hankison a déjà été remis en liberté après avoir payé sa caution, fixée à 15.000 dollars, une somme très basse comparée à d'autres cas similaires. Aujourd'hui licencié de la police de Louisville, il risque jusqu'à 15 ans de prison.   

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent