A Minneapolis, un nombre "anormalement élevé" de pertes de conscience par pression-nuque

A Minneapolis, un nombre "anormalement élevé" de pertes de conscience par pression-nuque
International

MÉTHODE CONTROVERSÉE - La semaine dernière, George Floyd, 46 ans, perdait la vie lors d'une arrestation violente à Minneapolis, étouffé par le genou d'un policier appuyé sur son cou. Depuis 2015, cette méthode dite de "pression-nuque" aurait causé 44 cas de perte de conscience, rien que dans la ville.

Les images sont glaçantes. Il y a une semaine, à Minneapolis, un homme de 46 ans, George Floyd, est mort lors d'une interpellation violente effectuée par un policier blanc, Derek Chauvin. Ce dernier a, durant presque neuf minutes, maintenu au sol la victime en appuyant son genou sur son cou, l'empêchant de respirer et entraînant sa mort. Selon NBC News, cette méthode d'arrestation est loin d'être un cas isolé à Minneapolis et aurait déjà entraîné de nombreuses complications.

Selon le média américain, depuis 2015, 44 personnes auraient été inconscientes lors d'interpellations similaires effectuées par la police de la ville. Des chiffres "anormalement élevés" selon plusieurs experts de la police interrogés par NBC News. Au total, les officiers de la ville auraient utilisé cette méthode d'arrestation au moins 237 fois, dont environ 16% des victimes auraient perdu connaissance.

Une technique non-autorisée par la police de Minneapolis

Pourtant, une douzaine d'officiers de police et d'experts des forces de l'ordre contactés par NBC News affirment que cette technique consistant à comprimer le cou d'un suspect à l'aide du genou n'était enseignée dans aucun service de police du pays. Un responsable de la ville aurait même indiqué au média américain que cette méthode n'était pas autorisée par le service de police de Minneapolis.

Lire aussi

"Pour la plupart des principaux services de police, les variations de pressions sur la nuque, connus sous le nom d'étranglement, sont très limitées, voire totalement interdites" indique NBC News, qui précise néanmoins que dans le manuel officiel des politiques du Département de police de Minneapolis, l'utilisation de dispositifs de retenue par le cou, qui peuvent rendre inconscient, est permis. "Le protocole de leur utilisation ne semble pas avoir été mis à jour depuis plus de huit ans" ajoute le média.

60% des victimes étaient noires

Selon les rapports de la police consultés par NBC News, près de la moitié des personnes qui ont perdu connaissance lors de ces interventions ont été blessées, alors que la gravité de ces blessures n'est pas précisée. Si cinq cas impliquent des agressions contre des agents de police, la plupart des cas ne survenaient pas pour sanctionner des infractions violentes. 

Toute l'info sur

Mort de George Floyd : l'indignation mondiale

Environ 60% des personnes soumises à des pressions sur la nuque lors d'arrestations et qui ont perdu connaissance étaient noires selon les données de la police du Minnesota, contre 30% concernant des personnes blanches. Presque tous étaient des hommes et les trois quarts étaient âgés de 40 ans ou moins.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent