Mort de John Fitzgerald Kennedy : Cuba, l'URSS, espions... ce que la déclassification des documents secrets pourrait révéler

ÉTATS-UNIS – Le président américain Donald Trump a annoncé ce samedi qu’il allait autoriser la déclassification de milliers de documents secrets liés à l’enquête sur l’assassinat de John Fitzgerald Kennedy. Pourquoi si tard ? Et dans quel but ? Explications.

Voilà maintenant plusieurs mois que le FBI et la CIA épluchent fébrilement des documents des Archives nationales. Officiellement, il s’agit d’un "processus d’anticipation de la date butoir d’octobre 2017" pour la déclassification de quelque 3.600 documents secrets liés à l’enquête sur l’assassinat de John Fitzgerald Kennedy en 1963. 


Officieusement, il s’agissait surtout pour ces agences d’anticiper ladite déclassification en soi, c’est-à-dire un changement de statut de ces documents les rendant accessibles à tous, pour une éventuelle demande de blocage. La décision revenant au seul président des États-Unis, l’incertitude planait. Elle a pris fin ce samedi avec ce tweet de Donald Trump.

"En raison de nouvelles informations m’étant parvenues, je vais autoriser, en tant que Président, l’ouverture des dossiers JFK bloqués et classifiés depuis si longtemps", annonce-t-il en effet, pour mettre fin à un suspense de très longue date dans le pays. Car cette possibilité de déclassifier les documents en question est revenue dans le feu de l’actualité américaine au mois de mai dernier, quand Politico a révélé le stress s’étant emparé du FBI et de la CIA devant l’imminence de la date butoir et l’indécision de Donald Trump. 

Le film d'Oliver Stone a tout changé

La date butoir pour la déclassification de ces documents avait initialement été fixée à l’année 2029. Mais, en 1992, elle avait été avancée au 26 octobre 2017 dans la précipitation. Une précipitation forcément suspecte, car cette décision de modifier la date était clairement liée à la sortie, l’année précédente, en 1991, du JFK d’Oliver Stone. Ce film mettait en effet en doute les conclusions officielles de l’enquête et dénonçait toute son opacité. Une précipitation qui, en conséquence, a fortement alimenté les théories du complot concernant l’assassinat de JFK le 22 novembre 1963 à Dallas.

Une de ces théories avait d’ailleurs été avancée... par Donald Trump lui-même. Quelques mois avant son élection, lors de la primaire républicaine qui l'avait notamment opposé au sénateur Ted Cruz, le magnat de l’immobilier avait lâché, au sujet de son adversaire : "Le père de Ted Cruz était avec Lee Harvey Oswald (l’homme accusé d’avoir tiré sur Kennedy, ndlr) avant qu'Oswald ne soit tué (quelques heurs plus tard, ndlr). Tout cela est ridicule. Qu'est-ce ça veut dire ? Juste avant qu'il ne soit tué. Et personne n'a abordé le sujet. Personne n'en parle." 

En vidéo

JFK : les théories autour de son assassinat

Cuba et l'URSS au coeur du dossier ?

Donald Trump faisait alors référence à une photo (de piètre qualité) publiée par le National Enquirer montrant Lee Harvey Oswald et un autre homme distribuant des tracts pro-Castro, à la Nouvelle-Orléans, en 1963, trois mois avant l’assassinat. Le tabloïd affirmait, sans la moindre preuve, que le deuxième homme était Rafael Cruz, le père du candidat républicain... Au-delà de cette attaque gratuite de Donald Trump, la déclassification des documents secrets pourrait permettre de démêler le vrai du faux quant au supposé lien entre le mouvement castriste et l’assassinat du 35e président des États-Unis. "Des faits qui paraissaient anodins au moment où ils ont été classés pourraient s’avérer très intéressants, surtout à la lumière de ce qu’on a appris sur l’affaire JFK ces dernières décennies, confiait en mai à Politico John R. Tunheim, l’ancien président de l’agence fédérale temporaire créée il y a 25 ans pour réunir les documents d’enquête sur l’assassinat.

 Certaines fiches de la CIA portent sur un mystérieux voyage de Lee Harvey Oswald à Mexico, où il a visité les ambassades russe et cubaine, quelques semaines avant les événements de Dallas. Des noms d’espions de l’époque pourraient également être révélés." 


Plus largement, plusieurs historiens considèrent que ces documents éclaireront d’une nouvelle lumière les pratiques en vigueur durant la guerre froide.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La présidence Donald Trump

Plus d'articles

Sur le même sujet