Mort de Kim Wall dans un sous-marin au Danemark : une bourse créée en hommage à la jeune journaliste

DirectLCI
IN MEMORIAM – En hommage à Kim Wall, la reporter suédoise de 30 ans morte au Danemark à bord du sous-marin de l’inventeur Peter Madsen, ses proches ont annoncé la création d’une bourse qui visera à financer les travaux d’une femme journaliste.

Faire en sorte qu’elle ne soit jamais oubliée. En hommage à Kim Wall, la reporter suédoise de 30 ans morte au Danemark à bord du sous-marin du sulfureux inventeur Peter Madsen et dont le tronc mutilé a été découvert lundi dernier, sa familles et ses amis ont annoncé la création d’une subvention – sobrement baptisée "Bourse Kim Wall" – qui visera à financer les travaux d’une femme journaliste. 


Une façon, expliquent ses proches sur le site internet remberingkimwall.com, lancé jeudi dernier en mémoire de la jeune femme, de perpétuer son travail. "La bourse assurera le financement d’une journaliste pour couvrir la contre-culture, au sens large, et ce que Kim aimait appeler 'les courants de rébellion'", écrivent-ils notamment. "Nous lançons la Bourse Kim Wall pour honorer son héritage. Kim voulait que plus de femmes se mettent en avant, luttent contre le fatalisme de la vie, et nous voudrions aider à faire évoluer le monde selon sa vision", disent-ils encore. 

Nous voudrions aider à faire évoluer le monde selon sa visionLes proches de Kim Wall

La trentenaire, qui, après de brillantes études à l’université américaine de Columbia, menait une carrière prometteuse l'ayant conduite d'Haïti à la Corée du Nord en passant par Cuba ou le Sri Lanka, aimait, comme le soulignait sa mère Ingrid jeudi, "donner la parole aux personnes faibles, vulnérables et marginalisées". 

Face à l’émotion suscitée, les enquêteurs, sous le feu des projecteurs, tentent de lever les zones d’ombre autour de ce fait divers au retentissement planétaire. Objectif, comme l’a raconté un ancien policier danois au quotidien B.T. : récolter autant de preuves matérielles que possible – notamment par la recherche du reste du cadavre – afin de démonter la version de Peter Madsen. Ce dernier continue d’affirmer que la Suédoise est décédée accidentellement et qu'il a jeté son corps à la mer dans la baie de Køge, non loin de Copenhague. 


En détention depuis le 12 août, le mystérieux Danois de 46 ans est ainsi poursuivi pour "homicide involontaire par négligence". Mais le parquet entend désormais demander la requalification des chefs de poursuites afin qu'il soit inculpé pour meurtre et atteinte à l'intégrité d'un cadavre. Il devrait comparaitre devant un juge au plus tard le 5 septembre.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter