Mort de la journaliste Kim Wall dans le sous-marin de Peter Madsen : un bras repêché en attente d'autopsie

International

ENQUÊTE - La police danoise a annoncé ce mardi 21 novembre avoir repêché un bras dans la baie de Køge. Un lieu situé à une cinquantaine de kilomètres au sud de Copenhague, où les plongeurs avaient retrouvé le tronc, la tête et les jambes de la journaliste suédoise Kim Wall.

L'histoire a tout du polar scandinave mais pour l'heure, les enquêteurs cherchent à déterminer à qui peut bien appartenir le membre découvert dans la baie de Køge. En effet, la police danoise a annoncé ce mardi avoir découvert un bras dans cette baie, située à une cinquantaine de kilomètres au sud de Copenhague, là où les plongeurs avaient repêché le tronc, la tête et les jambres de la journaliste Kim Wall. 

"Nous n'avons pas encore déterminé s'il s'agit d'un bras droit ou gauche ni à qui appartient le bras. Mais nous supposons qu'il a trait à l'affaire du sous-marin", a indiqué Jens Møller Jensen, chef de la police criminelle de Copenhague, dans un communiqué. Le bras découvert tout près de la zone de recherches doit être autopsié ce mercredi 22 novembre. 

En vidéo

Danemark : le torse de femme repêché est bien celui de la journaliste suédoise disparue

Kim Wall, une journaliste expérimentée âgée de 30 ans, avait embarqué le soir du 10 août à bord du Nautilus avec Peter Madsen, le concepteur et propriétaire danois du submersible, dans le cadre d'un reportage qu'elle réalisait sur ce dernier. Inculpé de meurtre et d'atteinte à l'intégrité d'un cadavre et incarcéré depuis le 11 août, Peter Madsen, 46 ans, a longtemps affirmé que le corps de la journaliste était intact lorsqu'il l'avait jeté par-dessus bord. Le 30 octobre dernier, il a reconnu avoir découpé son cadavre et a dispersé les parties du corps dans la baie de Køge. 

Voir aussi

En vidéo

"Mon client plaide non coupable sur les charges qui sont contre lui", explique l'avocate de Madsen

Les autorités avaient également affirmé qu'elles soupçonnaient l'inventeur d'avoir eu "des rapports sexuels [...] dans des circonstances particulièrement aggravantes, sur la base de 14 blessures infligées dans et autour des parties génitales de Kim Wall". Cela se serait produit peu de temps après sa mort, a indiqué la police. Il avait assuré lors d'une audition en octobre n'avoir eu aucune relation sexuelle et que leurs contacts avaient été purement professionnels. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter