Mort de Marius le girafon : le personnel du zoo de Copenhague menacé de mort

Mort de Marius le girafon : le personnel du zoo de Copenhague menacé de mort

International
DirectLCI
DANEMARK - Les internautes se déchaînent sur la Toile après la mort de Marius, un girafon d'un an et demi exécuté alors qu'il était en parfaite santé par le zoo de Copenhague dimanche matin. Le personnel du zoo affirme même avoir reçu des menaces de mort.

Le feuilleton "Marius" continue. Parce qu’il n’avait pas un patrimoine génétique intéressant, ce girafon d’un an et demi en parfaite santé a été exécuté avec un pistolet d’abattage dimanche matin au zoo de Copenhague. L’animal a fini dépecé devant les caméras des médias danois, pour nourrir les fauves. Pourtant, jusqu'aux dernières minutes, les défenseurs de Marius s'étaient mobilisés, notamment sur Internet, où dimanche matin différentes pétitions (en anglais et en danois) avaient recueilli plus de 35.000 signatures au total. En vain.

La direction du zoo n’avait pas prévu que l’affaire allait déchaîner les passions bien au-delà du Danemark. "C'est toujours le droit des gens de protester. Mais bien sûr nous avons été étonnés", a déclaré son directeur Tobias Stenbaek Bro. Il a ajouté que des membres du personnel du zoo avaient reçu des menaces de mort, notamment le directeur scientifique Bengt Holst.

"Ils ont dit qu'ils me tueraient, moi et ma famille"

"C'est une réaction très intense, hors de proportion, les gens sont allés beaucoup trop loin", a de son côté raconté ce dernier. "La plupart des gens pensent que c'est terrible de prendre la vie d'un animal, mais les animaux naissent et meurent et nous devons gérer la population du zoo de manière adéquate", s'est justifié le directeur scientifique, tout en ajoutant qu'il avait reçu des menaces de mort. "Ça a commencé la nuit dernière avec des menaces contre moi et après contre ma famille. Ils ont dit qu'ils connaissaient mon adresse et que si l'animal était tué, ils nous tueraient."

Plus encore que l'abattage du girafon, dont la justification ne semble avoir convaincu personne, c'est l'autopsie publique devant des dizaines de visiteurs, dont des enfants, qui a jeté de l'huile sur le feu. Des photos du cadavre de la bête ont rapidement inondé les réseaux sociaux, provoquant l'ire des internautes qui se sont déchaînés, notamment sur Twitter. C'est peu dire que dans cette histoire, le zoo de Copenhague ne s'est pas fait de publicité.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter