Décès de Nora Quoirin en Malaisie : "aucun soupçon d'acte criminel" d'après les premiers résultats d'autopsie

International
ENQUÊTE - La police malaisienne indique ce jeudi qu'"aucun soupçon d'acte criminel" n'a pu être mis en évidence dans le décès de l'adolescente franco-irlandaise de 15 ans, dont le corps a été retrouvé mardi dans la jungle dix jours après sa disparition. Selon les premières conclusions de l'autopsie, Nora Quoirin serait morte d'une hémorragie interne. L'avocat de la famille souhaite toutefois que la piste criminelle reste envisagée.

L'autopsie de Nora Quoirin a livré ses premiers enseignements. Elle est décédée des suites d'une hémorragie interne, en raison notamment du manque de nourriture, affirme jeudi 15 août la police malaisienne, qui écarte la piste d'un acte criminel. L'adolescente franco-irlandaise de 15 ans, retrouvée morte mardi 13 août après avoir disparu dix jours plus tôt d'un complexe hôtelier où elle passait des vacances en famille, a, d'après les premières conclusions de l'autopsie réalisée mercredi, souffert d'un "stress extrême" et de la "faim" avant de succomber à une "hémorragie gastro-intestinale", a déclaré aux journalistes Mohamad Mat Yusop, chef de la police de l'État de Negeri Sembilan, au sud de Kuala Lumpur. 


"Pour l'instant, il n'y a aucun soupçon d'acte criminel", a-t-il ajouté. Nora est vraisemblablement morte deux ou trois jours après sa disparition, a précisé Mohamad Mat Yusop. Le corps de la jeune femme ne présentait pas ni traces de coups ni de violences. "Rien n'indique qu'elle ait été violée", a-t-il conclu.

La famille veut poursuivre sur la piste criminelle

Ces conclusions vont à l'encontre de la thèse de l'acte criminel envisagée par la famille de Nora Quoirin. "Ils ne croient pas qu'elle serait partie seule", confiait leur avocat, Me Charles Morel, interrogé par Le Parisien. "Nora souffrait d'une déficience intellectuelle et des difficultés sur le plan moteur. Elle était très dépendante de sa mère. Elle n'a jamais souffert de somnambulisme ou fait de fugue. En plus, elle était encore fatiguée du voyage." Selon ses proches, elle n'était "absolument pas" habituée à fuguer. Atteinte d'holoprosencéphalie, un léger handicap mental signifiant qu'elle avait un cerveau plus petit que la normale, la jeune femme avait une expression orale limitée et n'était capable d'écrire que quelques mots.


Interrogé par France Info jeudi, Me Charles Morel, l'avocat de la famille, a toutefois appelé les autorités à poursuivre leur travail "sur la piste criminelle". Les proches de l'adolescente, a-t-il rappelé, restent convaincus "de l'invraisemblance d'une sortie volontaire de Nora du bungalow". "Compte tenu de l'importance du tourisme en Malaisie et de l'image", a-t-il ajouté, "les autorités peuvent avoir tendance à privilégier la thèse de la disparition sur l'hypothèse criminelle". 


Nora s'était évaporée dans la nuit du 3 au 4 août, juste après être arrivée, avec sa famille vivant à Londres, pour des vacances dans le complexe hôtelier Dusun Resort. Celui-ci est situé à 70 km environ au sud de la capitale, en lisière de la jungle, près de Seremban, la capitale de l'État de Negeri Sembilan. Une fenêtre avait été retrouvée ouverte dans le pavillon où résidait la famille. Avant la découverte de son cadavre mardi dans un petit ruisseau au fond d'un ravin à environ 2,5 km de l'établissement, le parquet de Paris avait ouvert, dès le 9 août, une enquête préliminaire pour "enlèvement" et "séquestration".

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter