Mort de Walter Scott : le policier sera jugé pour meurtre

International

FAIT DIVERS - Le policier, blanc, avait tué de plusieurs balles Walter Scott, un homme noir qui était pourtant non armé et qui lui tournait le dos. La scène, filmée par un témoin, avait provoqué l'émoi aux Etats-Unis, secoués depuis plusieurs mois par des tensions raciales.

Il sera poursuivi. Un policier filmé en train d'abattre dans le dos un homme noir non armé en avril dernier en Caroline du Sud (sud-est des Etats-Unis), a été officiellement inculpé de meurtre par un grand jury populaire, c'est-à-dire une assemblée de citoyens chargés de décider ou non d'une inculpation sur la base des éléments de l'enquête.

En annonçant lundi cette décision, la procureure de North Charleston a précisé qu'en Caroline du Sud, une condamnation pour meurtre était passible d'une peine de prison comprise entre 30 ans et la perpétuité, ajoutant qu'il n'y avait aucune possibilité de libération anticipée. La date du procès n'a pas été fixée.

Les jurés retiennent la "préméditation"

Les jurés ont estimé que Michael Slager, 33 ans, avait agi "avec préméditation" et "assassiné Walter Lamar Scott en lui tirant dessus avec un pistolet", selon l'acte d'accusation rendu public. Le policier avait dans un premier temps justifié son geste par le fait qu'il s'était senti menacé par la victime qui, selon lui, tentait de saisir son pistolet électrique. Mais une vidéo amateur dévoilée quelques jours plus tard a montré le policier abattre Scott, 50 ans, qui tentait de fuir en courant. Le policier avait tiré à huit reprises vers l'homme qui lui tournait le dos. Il avait été rapidement arrêté et inculpé de meurtre face à ces images accablantes, puis radié de la police. Scott avait été touché par au moins cinq balles dans le dos.

A LIRE AUSSI
>> Mort de Walter Scott : une nouvelle vidéo dévoilée
>> Mort de Walter Scott : l'auteur de la vidéo témoigne

Le policier avait arrêté Walter Scott pour un simple contrôle routier. Mais l'homme, selon des images de la caméra embarquée dans la voiture de patrouille, avait pris la fuite pendant que le policier était retourné à son véhicule de fonction pour vraisemblablement vérifier ses papiers. Ce drame avait relancé le débat sur la nécessité d'équiper les policiers avec des mini-caméras dans un contexte de tensions raciales ravivées par plusieurs bavures policières qui ont provoqué des dizaines de manifestations aux Etats-Unis, virant parfois à l'émeute.

Lire et commenter