VIDEO - Mort du djihadiste Fabien Clain en Syrie : ce que l’on sait des derniers combattants français

International
DirectLCI
DJIHADISME - Fabien Clain a été tué en Syrie, où les derniers combattants du "califat" sont acculés dans une poche de résistance dans l'est du pays. Parmi eux : une poignée de Français.

Il était considéré comme la "voix" ayant revendiqué au nom de Daech les attentats du 13 novembre 2015 à Paris. Le djihadiste français Fabien Clain a été tué en Syrie ce mercredi, là où le "califat" vit ses dernières heures. Ses derniers combattants sont en effet acculés dans une poche de résistance. Parmi eux : quelques Français. Combien exactement ? Difficile à dire, concèdent les autorités.


Selon les services de renseignement français, contactés par LCI, plus de 700 Français étaient présents en zone irako-syrienne au 28 décembre 2018. Parmi eux, 191 hommes et femmes et mineurs de plus de 13 ans sont considérés comme ayant disparu. Cela signifie que Paris n’a aucune information sur leur sort depuis janvier 2018.Cela signifie également que certains sont en Syrie, d'autres en Irak. Deux pays où les situations diffèrent.

Retranchés dans des tunnels et des sous-sols

En Syrie, les djihadistes sont désormais assiégés dans une zone d'un demi-kilomètre carré, qui englobe une poche dans le village de Baghouz. Les combattants de l'EI ne tiennent plus que quelques maisons, des terrains agricoles, et un camp fait de tentes de fortune. Ils sont également retranchés dans des tunnels et des sous-sols. S'il est impossible de savoir combien de Français se trouvent sur ce théâtre de guerre, un porte-parole des Forces démocratiques syriennes (FDS), Adnane Afrine, a confirmé la présence d'un certain nombre d'entre eux.  Une certitude: plusieurs pointures françaises auraient été tuées. Boubaker El-Hakim, ancien de la filière des Buttes-Chaumont et membre de la cellule de planification des attaques de l’EI en France et en Tunisie, aurait ainsi été éliminé, selon Le Monde. De même que Salim Benghalem ou Maxime Hauchard. Au total, plus de 300 djihadistes français auraient été tués ces dernières années sur le sol irako-syrien.


En outre, on sait que 130 Français sont détenus par les Kurdes, plus au nord : il s'agit de 130 personnes, dont 80 enfants et une cinquantaine d'adultes. "Une quinzaine" ont d'ores et déjà été transférés des camps kurdes aux autorités irakiennes, selon le JDD, puisqu'ils auraient commis leurs actes sur le sol irakien. "Au moins une quinzaine d'autres Français se trouvent également déjà détenus en Irak, en attente de leur procès", a précisé l'hebdomadaire.


Concernant ceux qui se trouvent d'ores et déjà en Irak, la France a déjà fait connaitre sa position : elle laisse le pays juger les ressortissants qui ont commis des faits à caractère terroriste sur sol. Et ce, à une condition : qu'ils ne subissent pas un traitement inhumain et dégradant et qu'ils ne soient pas condamnés à mort.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter