Mort du président tchadien Idriss Déby : la France perd un allié stratégique contre le terrorisme

Idriss Déby et Emmanuel Macron à l'Élysée en 2019

SAHEL - Le président tchadien Idriss Déby Itno, au pouvoir depuis 30 ans, est décédé mardi des suites de blessures reçues au combat contre des rebelles le week-end dernier. Il était perçu comme un stabilisateur de la région, luttant sans relâche contre le terrorisme.

Mort ce mardi lors de combats contre les forces rebelles, le président tchadien Idriss Déby  était un allié de poids de la France dans la lutte contre le terrorisme malgré un bilan critiqué en matière de droits humains.

La France a d'ailleurs rendu hommage mardi après-midi à "un ami courageux". "Le Tchad perd un grand soldat et un président qui a œuvré sans relâche pour la sécurité du pays et la stabilité de la région durant trois décennies", a précisé l'Élysée, qui a "pris acte" du processus de transition engagé et espéré "un retour rapide" à la normale.

"Le Tchad est un allié dans la lutte contre le terrorisme au Sahel", a également réagi la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, assurant que l'UE resterait "à ses côtés dans cette période difficile". 

Alliés face aux menaces

Les deux pays sont alliés depuis longtemps et la France a manifesté un soutien constant depuis l'arrivée au pouvoir, en 1990, d'Idriss Déby, avec l'aide de Paris. L'armée française, présente au Tchad de manière quasi permanente depuis l'indépendance du pays en 1960, a été amenée à intervenir à plusieurs reprises pour stopper des groupes rebelles dans ce pays africain avec lequel Paris est lié par des accords de défense.

En février 2008, une attaque rebelle qui avait atteint les portes du palais présidentiel avait ainsi été repoussée grâce au soutien de l'armée française. En 2019, la France avait également bombardé une colonne de rebelles entrés par la Libye dans le nord-est du pays. 

Au-delà des menaces internes, l'armée tchadienne lutte depuis 2015 contre la fraction du groupe nigérian Boko Haram affiliée à l'Etat islamique. Elle fait partie d'une force multinationale mixte appuyée par les Occidentaux, et qui regroupe le Nigeria, le Niger et le Cameroun. Enfin, le Tchad participe à la force anti-djihadiste du G5 Sahel aux côtés de la Mauritanie, le Mali, le Burkina Faso et le Niger.

L'"ami encombrant" de la France

C'est en tenant coûte-que-coûte les rênes de son pays, à la différence de ses voisins comme la Libye, qu’Idriss Déby est apparu comme l'élément stabilisateur d'une région agitée. En 2013, il a envoyé ses soldats combattre les djihadistes au Mali aux côtés des opérations françaises Serval, puis Barkhane.  La capitale, N'Djamena, en abrite même le siège. Enfin, l'armée tchadienne a fourni aux Casques bleus de l'ONU présents au Mali un de leurs principaux contingents et est passée pour la force la plus aguerrie du G5 Sahel. 

"Deby était cet allié auquel on ne touchait pas. On a beaucoup fermé les yeux sur les exactions qu'il a commises. C'est un choix politique. La France comptait sur le soutien de Déby", a indiqué à l'AFP Caroline Roussy, chercheuse à l'Institut de relations internationales et stratégiques (Iris). "Aujourd'hui cela peut être compromis par cette nouvelle donne politique. La cohésion nationale qui était déjà extrêmement fébrile et qui tenait par un régime autoritaire peut s’effondrer."

Lire aussi

Mais le pays a payé un lourd tribut dans la lutte contre les djihadistes. Le groupe nigérian Boko Haram a multiplié les attaques sanglantes autour du lac Tchad, forçant M. Déby à renfiler le treillis pour mener une contre-offensive jusqu'en territoire nigérian en mars-avril dernier. L'"ami encombrant de la France" et des Occidentaux, pour nombre d'experts de la région, avait ainsi su se rendre indispensable dans le combat contre les terroristes. A ce titre, la disparition d'Idriss Deby constitue une perspective inquiétante à l'heure où Paris envisage de réduire progressivement son empreinte militaire au Sahel.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Alerte aux orages et aux vents forts : 18 départements en vigilance, risque de "phénomène violent"

Vincent éliminé de "Koh-Lanta" : "En rentrant, je me suis inscrit à une formation pour devenir coach de vie"

REVIVEZ - Jim Bauer, Marghe, Mentissa Aziza et Cyprien qualifiés pour la finale de "The Voice"

Chute (incontrôlée) d’une fusée chinoise ce week-end : où va-t-elle retomber sur Terre ?

Jérusalem : plus de 230 blessés dans des heurts entre Palestiniens et police israélienne en deux jours

Lire et commenter

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.