Moscou : les locaux d’Amnesty International scellés, les serrures changées par les autorités

International
SURPRISE - Les autorités municipales moscovites ont changé les serrures et posé des scellés par surprise sur les locaux de l’organisation de défense des droits de l’Homme Amnesty International. Les employés ne peuvent plus travailler.

Les employés d’Amnesty International à Moscou ont eu une bien mauvaise surprise en se rendant au travail ce mercredi matin. Impossible pour eux d’entrer dans les locaux de l’organisation de défense des droits de l’Homme. La cause ? Des serrures remplacées et des scellés apposés sur les portes par les autorités de la ville. "Le voisinage nous a dit que cinq hommes sont venus autour de 9h30 du matin, ont cassé les serrures puis les ont changées", explique au Guardian Alexander Artemyev, l’un des membres de l’organisation. "Ils ont dit que c’était pour des problèmes de location".


Sur les réseaux sociaux, des employés ont rapporté que leurs ordinateurs, leurs dossiers et leurs effets personnels étaient ainsi coincés à l’intérieur des murs, derrière les scellés. Ils ont également postés des photos des scellés en question et des anciennes serrures laissées sur le sol.

Le directeur de la branche européenne d’Amnesty International John Dalhuisen a déclaré qu’il "ne savait pas ce qui a poussé les autorités moscovites à empêcher l’accès des bureaux aux employés. Une mauvaise surprise pour laquelle nous n’avions reçu aucun avertissement". Il a poursuivi en rappelant qu’étant donné le climat dans lequel travaillent les organisations non-gouvernementales en Russie, il y avait beaucoup d’explications possibles à cet acte. "Nous espérons qu’il ne s’agit que d’une simple question administrative pour justifier cet arrêt de notre travail".

Un climat très tendu pour les organisations étrangères

Les organismes pour la défense des droits de l’Homme connaissent une période compliquée en Russie. Plusieurs d’entre eux ont subi un traitement comparable à celui d’Amnesty International, même si la plupart étaient avertis avant que leurs bureaux ne soient bloqués.


Une loi adoptée en mai oblige les organisations étrangères à se déclarer officiellement comme des "agents de l’étranger". Les autorités peuvent décider de les interdire sur le sol russe et de poursuivre leurs employés si elles jugent que leur action représente une menace pour le pays. Une mesure qu'elles affirment "préventive" suite aux mesures de restrictions prises à l’encontre de la Russie après la crise ukrainienne.

Lire aussi

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter