Mossoul : le journaliste français Stephan Villeneuve tué dans l'explosion d'une mine

International

Toute L'info sur

La bataille de Mossoul

DRAME - Quatre journalistes ont été victimes de l'explosion d'une mine dans la vieille ville de Mossoul, lundi en Irak. L'un d'eux, Stephan Villeneuve, a succombé à ses blessures. Le fixeur irakien qui l'accompagnait est également décédé. Le Français et sa collègue, Véronique Robert blessée, réalisaient un reportage pour le magazine "Envoyé Spécial" de France 2.

Les quatre journalistes se trouvaient dans la vieille ville de Mossoul quand la mine a explosé, lundi. Ils accompagnaient les forces spéciales irakiennes lors d'une bataille pour reconquérir la deuxième ville d'Irak et l'arracher des mains du groupe Etat islamique. L'un d'entre eux, Stephan Villeneuve, a succombé à ses blessures après avoir été pris en charge par l'hôpital d'une base militaire américaine, a confirmé France Télévisions dans un communiqué mardi matin. Expérimenté, le cameraman français avait couvert de nombreux conflits à travers le monde par le passé.

Véronique Robert a, elle, été grièvement blessée. Avec Stephan Villeneuve - qui va être fait chevalier de la Légion d'honneur à titre posthume, a annoncé l'Elysée mardi matin - ils travaillaient pour #5bis Productions, et préparaient un reportage sur la bataille de Mossoul pour l'émission Envoyé Spécial de France 2.  "La direction et les équipes de France Télévisions s'associent à la douleur de sa compagne Sophie, de ses quatre enfants, de sa famille et de tous ses proches. Elles leur présentent leurs plus sincères condoléances", indique la direction de l'information de France Télévisions.

L'explosion a également provoqué la mort du "fixeur" irakien qui les accompagnait, le journaliste Bakhtiyar Addad. Celui-ci travaillait pour plusieurs médias dont France Télévisions. Ce dernier avait été soigné à la main en France l'an dernier après avoir été blessé par un sniper lors d'un reportage à Fallujah, selon RSF.

Lire aussi

En vidéo

Mossoul, fief de Daech à portée des forces kurdes et irakiennes

Samuel Forey touché au bras et au visage

La troisième victime française, Samuel Forey, qui travaille pour plusieurs médias dont Le Figaro, Télérama et Les Inrocks, est plus légèrement blessé. Touché au bras et au visage, il a indiqué qu'il allait bien. "Je suis immensément triste pour Bakhtiyar et mes confrères. Merci de ne pas me solliciter ces prochains jours", a-t-il fait savoir sur son compte Twitter. Selon l'ONU, quelque 100.000 civils sont "retenus comme boucliers humains" par les jihadistes, à Mossoul.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter