Mozambique : un premier décès lié à l'épidémie de choléra après le passage du cyclone Idai

International
DirectLCI
SANTE - Deux semaines après le passage dévastateur du cyclone Idai dans le centre du Mozambique, une épidémie de choléra se propage dans le pays. Elle a fait une première victime ce lundi.

Une catastrophe en chasse une autre au Mozambique. Deux semaines après le passage dévastateur du cyclone Idai dans le centre du pays, autorités et humanitaires font tout leur possible pour enrayer l'épidémie de choléra qui se propage peu à peu. Et le temps presse : un premier décès a été recensé ce lundi.


Au moins 1.000 cas ont déjà été recensés à Beira (centre du pays) et ses alentours, selon les chiffres publiés ce lundi par Associated Press. Ils étaient 139 jeudi dernier, preuve que l'épidémie gagne du terrain. Il faut dire que toutes les conditions sont réunies pour que ce bilan s'aggrave ces prochains jours : "Le choléra se répand via la matière fécale. Or, une inondation remplit d'eau des toilettes, des latrines, dont le contenu sort et contamine l'eau", a souligné jeudi David Wightwick, en charge des opérations de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) dans la zone sinistrée. Et d'insister : "C'est une maladie qui se répand facilement".

Se laver les mains, ne pas boire d'eau contaminée

Des quantités colossales d'eau potable ainsi que des unités de purification de l'eau ont été déployées ces derniers jours dans les zones sinistrées accessibles et neuf centres de santé, comme à Macurungo, ont été assemblés en urgence."L'objectif est de contrôler l'augmentation du nombre de cas", a déclaré David Wightwick. "Quelque 900.000 doses de vaccin administrable par voie orale doivent arriver lundi. Nous allons débuter la campagne de vaccination le plus vite possible. Des équipes sont en train d'être formées".


Le responsable de l'OMS a également assuré qu'une campagne de sensibilisation est en cours. "Nous avons des équipes équipées de haut-parleurs qui vont littéralement de rue en rue dans Beira et qui expliquent aux gens ce qu'ils doivent faire. Il y a aussi des messages qui sont transmis via la radio". Se laver les mains, ne pas boire d'eau contaminée, s'assurer que les aliments ingérés n'ont pas été en contact avec de l'eau contaminée, "si nous suivons ces procédures standards relativement faciles, on devrait être en mesure de contrôler la propagation", espère M. Wightwick.


Accompagné de vents violents et de pluies diluviennes, le cyclone Idai a touché le 14 mars le port de Beira, la deuxième ville mozambicaine et son demi-million d'habitants, puis a poursuivi sa route vers le Zimbabwe voisin, noyant tout sur son passage. Les autorités de Maputo ont recensé au moins 468 morts sur leur sol, tandis que l'Organisation internationale pour les migrations (IOM) a fait état de 259 morts au Zimbabwe.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter