Municipale à Barcelone : Valls table sur une "remontada" encore "possible"

International

COURSE - L'ancien Premier ministre de François Hollande, candidat à la mairie de Barcelone avec le soutien de Ciudadanos, est toujours distancé dans les sondages. La campagne des élections municipales s'est officiellement ouverte vendredi 10 mai.

Manuel Valls veut y croire. L'ancien Premier ministre français, qui est candidat à la mairie de Barcelone, mais distancé dans les sondages, pense qu'une "remontada" est "possible". Vendredi 10 mai s'est ouvert la campagne des élections municipales du 26 mai en Espagne. Interrogé sur la possibilité d'une "remontada" politique, comme en football, Manuel Valls a répondu "absolument, pas qu'au football. C'est possible". "Elles existent, vous allez voir, elle est en marche", a-t-il déclaré à la presse dans la nuit de jeudi à vendredi, après avoir lancé sa campagne en collant des affiches. Une référence qui fera sourire, alors que le club favori du candidat, le FC Barcelone, en a essuyé une sévère, mardi 7 mai, à Liverpool.

Les Espagnols, qui ont déjà voté le 28 avril dans des législatives remportées par le Parti socialiste du chef du gouvernement sortant Pedro Sanchez, votent aussi le 26 mai pour les élections européennes et régionales où les socialistes sont donnés en tête, toujours selon l'enquête du CIS.

Manuel Valls, qui est soutenu par le parti libéral Ciudadanos, est opposé notamment dans la course à la mairie de Barcelone à la maire sortante de gauche radicale et alliée de Podemos, Ada Colau, et au candidat indépendantiste Ernest Maragall du parti ERC (Gauche républicaine de Catalogne). Selon un sondage publié jeudi 9 mai  par l'institut gouvernemental CIS, Manuel Valls arriverait en quatrième position avec près de 12% des voix. Ada Colau et Ernest Maragall seraient au coude à coude pour remporter la mairie et les socialistes arriveraient en troisième position.

Lire aussi

Quinze jours pour "convaincre"

Mais l'ancien Premier ministre français veut croire en ses chances. "J'ai envie de convaincre et vous allez voir on va créer de belles surprises (...) Je veux gagner", a-t-il assuré. "Ces 15 jours (de campagne jusqu'aux élections du 26 mai) sont faits précisément pour convaincre face à l'indécision (...) Je représente le changement, un changement réel, possible face à la gestion de ces quatre années passées, au risque que représente l'indépendantisme" catalan, a-t-il ajouté.

Selon un sondage réalisé en avril par le Centre d’Etudes Sociologiques de la ville et publié dans Metropoli Abierta, l'ancien Premier ministre ne se classerait qu'en avant-dernière position aux élections municipales qui auront lieu le 26 mai prochain. En février dernier, Manuel Valls était alors crédité de sept conseillers municipaux, en avril il en disposait de cinq.

Contre les indépendantistes catalans

Né espagnol, élevé à Paris par un père catalan et une mère italo-suisse et naturalisé français à 20 ans, Manuel Valls s'est engagé politiquement en Espagne et à Barcelone après l'échec de ses ambitions présidentielles en France en 2017. Avant de se lancer dans la course à la mairie de la métropole catalane, il avait multiplié meetings et manifestations contre les indépendantistes catalans qui ont tenté en 2017 de prendre leur indépendance vis-à-vis de l'Espagne. Il a été Premier ministre socialiste en France de 2014 à 2016 avant de quitter le PS en 2017 pour soutenir Emmanuel Macron.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter