Deux juges fédéraux américains bloquent la nouvelle version du décret anti-immigration de Donald Trump

Deux juges fédéraux américains bloquent la nouvelle version du décret anti-immigration de Donald Trump

REVERS - Le nouveau décret anti-immigration de Donald Trump n'est même pas encore entré en vigueur que deux juges fédéraux de Hawaï et de Seattle ont décidé mercredi de le bloquer. Ces derniers indiquent vouloir éviter "un préjudice irréparable". Le président américain a annoncé qu'il irait "jusqu'à la Cour Suprême"pour contester cette décision.

C'est un énième revers pour Donald Trump qui tente de faire passer depuis plusieurs semaines son décret anti-immigration. Sa nouvelle version a été bloquée mercredi à l'ensemble des Etats-Unis tout d'abord par un juge fédéral d'Hawaï, suivi par son homologue de Seattle. Le texte, qui bannit l'entrée sur le sol américain aux ressortissants de six pays musulmans devait entrer en vigueur le soir même à minuit (heure de Washington).

Derrick Watson, le juge fédéral de Hawaï, explique sa décision par une volonté d'éviter un "préjudice irréparable". En s'appuyant sur plusieurs déclarations du nouveau président, il estime que le décret compte "des preuves significatives et irréfutables d'animosité religieuse". Donald Trump a réagi en dénonçant une décision "erronée" et a annoncé qu'il irait "jusqu'à la Cour Suprême." Car selon lui, la justice commet "un abus de pouvoir sans précédent".

Le premier texte ayant été très contesté, la nouvelle mouture avait été atténuée avec le retrait notamment de l'Irak des pays concernés par la mesure (l'Iran, la Libye, la Syrie, la Somalie, le Soudan et le Yémen). Par ailleurs, le texte suspendu mercredi exemptait également les détenteurs de visas et de "cartes vertes", détenues par les résidents permanents.

Toute l'info sur

Le "Muslim Ban" de Donald Trump

"Ni l'esprit, ni les effets anticonstitutionnels" n'ont été changés

Depuis plusieurs jours, le président et ses ministres Rex Tillerson (pour les Affaires étrangères), Jeff Sessions (la Justice) et John Kelly (la Sécurité intérieure) tentent de défendre ce décret qu'ils jugent "vital" pour la sécurité nationale et ainsi faire face aux menaces extérieures.

Mais pour ses détracteurs, il y aura malgré tout des conséquences négatives dans l'éducation et les affaires. Mardi, plusieurs sociétés dont Airbnb et Dropbox ont déposé un mémoire de soutien à l'Etat d'Hawaï, qui compte un grand nombre d'habitants d'origine étrangère et  qui a décidé de poursuivre le gouvernement.

Pour Xavier Becerra, le procureur général de Californie, l'un des cinq autres Etats contestataires avec le Massachusetts, l'Oregon, le Maryland et l'Etat de New York, "le gouvernement Trump a peut-être modifié son texte discrédité, qui interdit l'entrée aux musulmans, mais il n'en a changé ni l'esprit ni les effets anticonstitutionnels".

Lire aussi

En vidéo

Pour Donald Trump, le décret anti-immigration sera ressuscité

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Covid-19 : plus de 10.000 patients hospitalisés, "la situation est en train de s'aggraver", annonce Olivier Véran

EN DIRECT - Covid-19 : la France a rapatrié plus de 20.000 personnes bloquées au Maroc

"Je ne suis plus le journaliste, l'écrivain, je suis candidat", affirme Eric Zemmour sur TF1

VIDÉO - Los Angeles : le fiasco de "The One", la maison la plus chère du monde

"Cela ne va pas le faire" : pessimisme sur l'efficacité des vaccins anti-Covid existants face à Omicron

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.