Covid-19 : le variant détecté au Royaume-Uni est bien "50% à 74%" plus contagieux

Covid-19 : le variant détecté au Royaume-Uni est bien "50% à 74%" plus contagieux

RECHERCHE - Selon une étude mise en ligne jeudi, le variant du coronavirus détecté au Royaume-Uni est bien "50% à 74%"plus contagieux. Cela pourrait avoir un impact sur le nombre de décès et d'hospitalisations.

Un nouveau variant incontrôlable ? Selon une étude mise en ligne jeudi, la mutation du coronavirus détecté au Royaume-Uni est bien "50% à 74%" plus contagieuse que le virus initial. Et les biologistes de s'inquiéter des conséquences possibles pour le nombre de décès et d'hospitalisations liées au Covid-19 outre-Manche.

"Sur la base des données préliminaires disponibles", l'étude réalisée par la London School of Hygiene and Tropical Medicine (LSHTM) estime que le variant du Sars-Cov-2 "pourrait être 50% à 74% plus transmissible" (56% en moyenne sur les trois régions concernées) que les souches jusqu'ici en circulation.

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Les dernières infos sur l'épidémieA quel stade en est l'épidémie, département par département ?

Détecté pour la première fois en septembre en Grande-Bretagne, ce variant présente 22 mutations sur son génome. L'une en particulier, nommée N501Y, se situe au niveau de la protéine Spike (spicule) du coronavirus, une pointe à sa surface qui lui permet de s'attacher aux cellules humaines pour les pénétrer. Raison pour laquelle il joue un rôle clé dans l'infection virale. Ce qui rend pessimiste les chercheurs du LSHTM.

"Risque accru d'hospitalisation ou de décès"

En effet, si ces derniers estiment qu'ils "n'ont pas pour le moment trouvé d'éléments indiquant que les individus qui contractent le nouveau variant présentent un risque accru d'hospitalisation ou de décès", leur inquiétude est réelle. Car même à risque constant, la probable "forte augmentation" du nombre de cas provoquée par cette mutation pourrait selon eux avoir d'importantes conséquences sur le bilan de l'épidémie. 

"L'augmentation récente du nombre d'infections" dans plusieurs régions "pourrait continuer et se propager à toutes les régions du Royaume-Uni sans mesures rapides", avertissent-ils. 

Lire aussi

En s'en tenant aux mesures restrictives en place avant le 19 décembre, leurs modélisations concluent que "le nombre d'hospitalisations et de décès dus au Covid-19 atteindront des niveaux plus élevés en 2021 que ceux observés en 2020". Pour anticiper une telle situation, les autorités britanniques ont déjà décidé le week-end dernier des mesures supplémentaires, avec le reconfinement de Londres et d'une partie du pays. 

Mais selon les auteurs de l'étude, il faudrait que la campagne de vaccination "s'accélère sensiblement" et que les écoles ferment durant janvier pour "réduire de façon substantielle le bilan" sanitaire.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Couvre-feu : en Italie, la Sardaigne passe en "zone blanche"

Golden Globes : Chadwick Boseman sacré meilleur acteur, sa veuve livre un émouvant discours

EN DIRECT - Affaire des "écoutes" : l'avocat Thierry Herzog fait appel

Covid-19 : Moselle, Haute-Garonne, Nice... Les mesures de restrictions locales se multiplient

Son enfance en Algérie, son grand amour partagé : Marthe Villalonga ouvre ses jardins secrets

Lire et commenter