"J'ai été privée de justice": Nafissatou Diallo sort du silence neuf ans après l'affaire DSK

"J'ai été privée de justice": Nafissatou Diallo sort du silence neuf ans après l'affaire DSK
International

PRISE DE PAROLE - Dans un entretien accordé à "Paris Match", l'ancienne femme de chambre revient sur le scandale politico-judiciaire du Sofitel de New York et sur sa vie après l'affaire DSK.

Le bonheur, elle dit l'avoir perdu le 14 mai 2011. Près de neuf ans après le début de l'affaire DSK qui a ébranlé la classe politique française, Nafissatou Diallo, la femme de chambre qui avait accusé Dominique Strauss-Kahn d'agression sexuelle dans l'hôtel Sofitel de New York, a accordé un entretien à Paris Match

Silencieuse depuis l'accord financier conclu entre elle et l'ancien patron du FMI, Nafissatou Diallo revient dans les pages du magazine sur cette histoire qui "va la suivre jusqu'à la fin de ses jours" pour "donner (sa) vérité" sur cette affaire qu'elle racontera prochainement dans un livre.

"J'ai dit la vérité"

L'ancienne femme de chambre d'origine guinéenne affirme avoir "toujours dit la même chose" aux procureurs de New York. Elle dit être entrée dans la chambre réservée au nom de Dominique Strauss-Kahn après avoir annoncé plusieurs fois sa présence, sans réponse. Elle tombe alors nez à nez avec l'homme politique, nu, puis n'évoque qu'un "accident" dans la suite 2806, sans donner plus de précisions. Accord de confidentialité oblige.

Le récit exact est plusieurs fois raconté aux procureurs qui ont abandonné les charges contre l'ancien patron du FMI, accusant la femme de chambre d'avoir menti au sujet de cette histoire. "Je ne me remettrai jamais de la façon dont les procureurs de New York m'ont traitée", confie Nafissatou Diallo qui réfute avoir déclaré que "ce type a beaucoup d'argent" à un ami par téléphone. "Si c'était à refaire, je referais exactement pareil. Ce qui est arrivé m'est tombé dessus. J'ai dit la vérité et j'ai été privée de justice", soutient-elle.

Lire aussi

"Sortir de cette histoire le plus vite possible"

Un accord financier entre Nafissatou Diallo et Dominique Strauss-Kahn est finalement trouvé sans que le montant exact ne soit dévoilé. Il serait évalué entre 1 et 1,5 million de dollars. "Je voulais sortir de cette histoire le plus vite possible", explique-t-elle à Paris Match. Suite à cette histoire, la femme de chambre a entrepris une carrière de restauratrice et ouvre un établissement proposant une cuisine africaine dans le quartier du Bronx. Elle jette finalement l'éponge après avoir notamment été harcelée par des curieux souhaitant lui parler et l'interroger sur le scandale du Sofitel.

Visée par des menaces de mort, accusée de faire du chantage auprès de DSK pour obtenir l'accord financier, l'ancienne femme de ménage plie bagages et quitte New York pour rejoindre le Connecticut où elle préfère rester discrète sur ses activités. Elle confie parfois être reconnue mais préfère passer inaperçue, par crainte que cette histoire ne resurgisse dans sa tête.

"Je veux que ce qui m'est arrivé serve aux autres"

Nafissatou Diallo souhaite créer une fondation pour les femmes qui, comme elle, sont arrivées en Amérique sans éducation ni formation linguistique. Un soutien moral et financier pour les immigrées précaires arrivées en Amérique. "Je veux que ce qui m'est arrivé serve aux autres", explique-t-elle.

Interrogée sur le retentissement politique de cette affaire en France, effaçant tout espoir de candidature pour Dominique Strauss-Kahn à l'élection présidentielle de 2012, elle estime que "c'est totalement de sa faute" si sa carrière politique a pris fin. L'ancienne femme de chambre déclare ne rien avoir à lui dire et "ne veut plus penser à lui". "Ce qui s'est passé a été dévastateur pour moi, mais aussi pour ma fille", confesse Nafissatou Diallo : "Ce souvenir ne me quittera jamais".

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Mort de Samuel Paty : le ministre de l'Intérieur demande la fermeture de la mosquée de Pantin

Tempête Barbara et épisode cévenol : à quoi s’attendre à partir de mardi ?

EN DIRECT - Covid-19 : plus de 13.000 cas de Covid recensés en 24h en France

Enseignant tué : ce que disait son cours sur la liberté d'expression

Qui est Ludovic B., l'homme soupçonné du meurtre de Victorine Dartois ?

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent