Naufrage d'un cargo en Roumanie : seuls 75 moutons ont pu être sauvés sur les 14 600 présents à bord

Naufrage d'un cargo en Roumanie : seuls 75 moutons ont pu être sauvés sur les 14 600 présents à bord
International

SAUVETAGE - Le cargo Queen Hind a chaviré dimanche 24 novembre au large de la Roumanie, en mer Noire, avec 14 600 moutons à bord. Malgré des opérations de secours toujours en cours, seuls 75 bêtes ont pu être sauvées pour l'instant.

Le Queen Hind, un cargo à destination de l'Arabie saoudite, a chaviré dans la mer Noire ce dimanche peu après avoir quitté le port de Midia, en Roumanie. Les 14.600 moutons à son bord étaient alors en grave danger, malgré des services de secours déterminés à en sauver un maximum. A ce jour, seuls 75 d'entre eux ont pu être ramenés vivants sur la terre ferme. Les 21 membres d'équipage - 20 Syriens et un Libanais - ont tous été rapatriés sains et saufs.

De nouvelles opérations de secours en cours

Mardi, deux jours après le naufrage, 26 moutons ont pu être sauvés selon Raed Arafat, responsables des services de secours roumains. Cette opération amène à 75 le nombre de bêtes sauvées jusqu'à présent, a-t-il indiqué. Ce responsable a néanmoins précisé que son équipe de sauveteurs poursuivraient leurs efforts "cette nuit, demain et après-demain ... si les conditions météorologiques et la situation le permettent".

Les secours prévoyaient notamment de percer des trous dans la coque du navire afin de pouvoir y pénétrer par de nouveaux accès et ainsi "sauver d'autres animaux", sans donner d'indications sur le nombre de moutons qui pourraient encore être sauvés.

Un cargo "surchargé" selon les ONG

En juillet, le commissaire européen chargé de la santé et de la sécurité alimentaire avait déjà demandé à la Roumanie de mettre un terme au transport de 70.000 moutons vers le Golfe. Bruxelles avait alors demandé un audit sur les pratiques du pays, la menaçant d'une procédure d'infraction si des "violations systématiques" de la législation européenne sur le bien-être animal étaient constatées. Le naufrage, dont la cause n'a pas été déterminée, met de nouveau en lumière les désastreuses conditions de transport du bétail par mer, dénoncées par des associations d'éleveurs d'ovins roumains et par les ONG internationales.

Kuki Barbuceanu, président d'une organisation de secours et de soins pour les animaux, a indiqué à l'AFP avoir participé avec des bénévoles aux opérations de sauvetage. Il y avait alors découvert "quelque 300 animaux morts", la plupart d'entre eux étant tombés à l'eau, a-t-il précisé. Selon ses estimations, seul "un maximum de 100 moutons peuvent être récupérés vivants" vu l'organisation des sauvetages, alors que si l'intervention avait été plus rapide, des "milliers auraient pu être sauvés".

Lire aussi

L'association des éleveurs d'ovins (ACEBOP) a indiqué à son tour dans un communiqué : "nous sommes choqués par ce désastre et demandons une enquête urgente et des sanctions contre les coupables". Elle a rappelé avoir demandé à plusieurs reprises des amendements législatifs obligeant les transporteurs à améliorer les conditions de transport maritimes du bétail. "Si nous ne sommes pas capables de protéger ces animaux durant le transport sur de longues distances, nous devrions interdire ce type de transport", a conclu l'ACEBOP.

Mêmes conclusions pour l'ONG Animals International, qui avait déjà dénoncé les conditions de transport du bétail par mer à bord de "navires de la mort". L'association évoque notamment des cas où des milliers de moutons sont morts de soif ou ont littéralement cuit vivants durant des voyages en plein été. Le responsable de l'ONG, Gabriel Paun, a affirmé pour sa part que le Queen Hind avait été "surchargé". 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter