Naufrage d'une embarcation clandestine partie de Tunisie : plus de 50 morts

L'embarcation clandestine était partie de la région de Sfax en direction de l'Italie.

TRAGÉDIE - Dix-sept corps supplémentaires ont été retrouvés ce jeudi au large des îles Kerkennah, en Tunisie, faisant passer le bilan du naufrage d'une embarcation clandestine de migrants à au moins 52 morts.

Une cinquantaine de personnes, en majorité des femmes mais aussi des enfants, ont trouvé la mort dans le naufrage d'un bateau de migrants qui avait quitté la Tunisie pour l'Italie, selon un nouveau bilan rendu public ce jeudi par le ministère italien de la Défense.

Des pêcheurs avaient alerté les autorités après avoir découvert mardi les corps flottant au large de l'archipel de Kerkennah, près de la ville portuaire de Sfax, dans le centre-est du pays. Dix-sept corps supplémentaires ont été retrouvés ce jeudi dans la zone, faisant donc passer le bilan à 52 morts. 

Lire aussi

L'embarcation clandestine avait pris la mer la semaine dernière. Selon des témoignages recueillis par les autorités, 53 personnes se trouvaient à bord. Il s'agissait pour la plupart de personnes originaires d'Afrique subsaharienne, d'après les premières conclusions médico-légales et les témoignages d'autres candidats à l'exil.

Une enquête a été ouverte pour identifier les organisateurs de cette traversée clandestine. "Cette tragédie est la conséquence inévitable de la politique migratoire restrictive de l'Union européenne", déplore l'ONG Forum tunisien des droits économiques et sociaux, qui regrette "une approche sécuritaire plutôt qu'une gestion humaine notamment au vu de la situation (...) en Libye". 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Épidémie "préoccupante", restrictions locales : le gouvernement change de ton

EN DIRECT - 31.519 cas de Covid-19 recensés en 24 heures, du jamais vu depuis novembre dernier

CARTE - Covid-19 : où en est l'épidémie dans votre département ?

Covid-19 : quels sont les départements où la situation est "très préoccupante" ?

Les patients hospitalisés pour Covid de plus en plus jeunes : comment l'expliquer ?

Lire et commenter