Naufrage en Corée : les appels à l'aide déchirants des passagers

Naufrage en Corée : les appels à l'aide déchirants des passagers

International
DirectLCI
COREE DU SUD – Alors que les secouristes sont toujours à pied d'œuvre pour tenter de retrouver des survivants du ferry submergé mercredi, les familles accusent le capitaine d'avoir abandonné le navire. Il est mis en cause avec son équipage dans les messages poignants qu'elles ont reçus des passagers quelques minutes avant le naufrage.

Appels à l'aide, messages de panique, de désespoir ou d'amour. Autant de témoignages bouleversants que les familles des passagers ont reçus quelques heures avant que le ferry ne sombre au large de la Corée du Sud mercredi. Si les secouristes sont à pied d'œuvre pour tenter de retrouver des rescapés , 287 personnes sur les 477 présentes à bord sont toujours portées disparues jeudi.

Parmi ces messages désespérés, celui d'un garçon de 16 ans, disparu. Il implore son grand frère de l'aider alors que le bateau bascule vers l'avant. "La pièce dans laquelle je suis penche à 45 degrés, mon téléphone ne marche plus très bien", écrit le jeune homme. "Ne panique pas, fais ce qu'on vous dit de faire et tu vas t'en sortir", lui répond son aîné.

Des passagers piégés

Les causes de l'accident ne sont pas encore connues mais selon plusieurs passagers, le ferry aurait heurté le fond. Des familles accusent d'ores et déjà le capitaine d'avoir abandonné les passagers. Des rescapés ont même raconté que l'équipage leur aurait donné l'ordre de ne pas bouger de leurs sièges ou de leurs cabines après le choc. "Nous avons attendu 30 à 40 minutes", raconte un lycéen. "Et puis (le ferry) a basculé, tout le monde s'est mis à hurler et a essayé désespérément de sortir de là". Mais lorsque le navire a piqué du nez, beaucoup ne pouvaient plus sortir, glissant au fond des couloirs. Ce que confirme le témoignage d'un autre garçon. "Papa, le bateau coule. Je suis allongé sur le lit avec un gilet de sauvetage. Que dois-je faire?", pleure-t-il au téléphone. "Je veux que nous nous revoyons vivants" seront ses derniers mots.

Les rescapés dénoncent une absence de consignes d'évacuation de la part de l'équipage. C'est ce qu'explique une lycéenne : "Si seulement on nous avait dit de sortir plus tôt, nous aurions été plus nombreux à sauter à l'eau", où des bateaux de pêche secouraient les passagers. "Mais la plupart des gens n'ont pas bougé, comme on le leur avait demandé".

Selon les sauveteurs, les passagers se sont retrouvés piégés, incapables de remonter le long des coursives lorsque le bateau a basculé vers le fond de la mer.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter