"Ne montrez aucune pitié" : comment la Chine organise la répression des minorités musulmanes

"Ne montrez aucune pitié" : comment la Chine organise la répression des minorités musulmanes
International

PERSÉCUTIONS - Un lanceur d’alerte chinois a transmis au "New York Times" des documents prouvant que Pékin a lancé une campagne de détention des ethnies musulmanes de la région du Xinjiang, visant notamment les Ouïghours. Dans l’un de ces documents, le président Xi Jinping appelle à "rafler tous ceux qui doivent l’être".

D’après des organisations de défense des droits de l’Homme, plus d’un million de musulmans, principalement d’ethnie ouïghoure, sont actuellement en détention dans le Xinjiang, cette vaste région du nord-ouest de la Chine à majorité musulmane. Ces détentions sont le résultat d’une campagne de répression contre le terrorisme et l’islamisme engagée ces dernières années par le gouvernement chinois, en réaction à des attentats attribués à des indépendantistes ouïghours. Dans le cadre de cette campagne, le président chinois Xi Jinping a donné l’ordre dès 2014 d’être "sans aucune pitié" contre le terrorisme et le séparatisme dans la région, selon des documents internes au régime communiste révélés par le New York Times.

Les plus de 400 pages de documents secrets publiés ce week-end par le prestigieux quotidien américain offrent un très rare aperçu des mécanismes à l'oeuvre au Xinjiang. Selon le New York Times, cette énorme fuite laisse à penser que la politique suivie dans la région ne fait pas l'unanimité au sein du pouvoir chinois. Les documents ont en effet été transmis par un membre de l'appareil, qui a émis l'espoir qu'ils empêchent le régime, y compris le président Xi, "d'échapper à sa culpabilité pour les détentions généralisées".

"Rafler tous ceux qui doivent l'être"

Entre autres, les documents comprennent un discours secret de Xi Jinping de 2014, dans lequel le président chinois appelle à lutter "sans aucune pitié" contre "le terrorisme, l'infiltration et le séparatisme" en recourant "aux armes de la dictature démocratique populaire". Ce discours a été distribué à partir de 2016 aux hauts fonctionnaires locaux pour justifier la répression, avec l'ordre de "rafler tous ceux qui doivent l'être".

Lire aussi

Parmi les documents cités par le New York Times, figure aussi un "guide" destiné à répondre aux questions des étudiants qui rentreraient au Xinjiang et s'interrogeraient sur le sort de membres de leur famille placés en détention. Ainsi les fonctionnaires sont invités à répondre que ces proches n'ont pas commis de crime mais ont été contaminés par le "virus" de l'extrémisme et doivent suivre un traitement "avant que la maladie ne dégénère". Les étudiants sont en outre incités à se tenir tranquilles, leur

comportement ayant une incidence sur la durée de détention de leurs proches.

Pékin dément néanmoins le chiffre d'un million de personnes en détention dans des camps de rééducation politique, préférant parler de "centres de formation professionnelle" destinés à lutter contre la radicalisation islamiste.

La politique suivie au Xinjiang a été condamnée par les pays occidentaux. Mais à en croire un discours de Xi Jinping cité par le New York Times, le président chinois s'attendait à essuyer ces critiques. "Ne vous inquiétez pas si des forces hostiles pleurnichent ou salissent l'image du Xinjiang", avertissait-il dès mai 2014, selon le journal.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter