New York : comment le nouveau maire Bill de Blasio veut transformer la ville

New York : comment le nouveau maire Bill de Blasio veut transformer la ville

DirectLCI
ETATS-UNIS - Le démocrate Bill de Blasio, nouveau maire de New York, a prêté serment le 1er janvier. Dans son discours d'investiture, le successeur de Michael Bloomberg a développé comment il veut faire de la plus grande ville des Etats-Unis une cité "plus juste et plus progressiste".

Une nouvelle année commence, et avec elle le règne de Bill de Blasio sur New York. L'arrivée du démocrate de 52 ans marque un tournant fort après les quatre mandats de Michael Bloomberg. Si le milliardaire à la poigne de fer a réussi à faire de la Grosse Pomme une ville plus sûre et plus verte, il laisse une cité marquée par les inégalités, qui n'ont cessé de s'accroître. Elu le 6 novembre, Bill de Blasio a prêté serment le 1er janvier et détaillé comment il compte faire de New York une ville "plus juste et plus progressiste".

1. La lutte contre la pauvreté, une priorité

"Les grands rêves ne sont pas un luxe réservé à quelques privilégiés", a déclaré Bill de Blasio dans son discours d'investiture. Le nouveau maire veut amorcer un franc virage à gauche alors que son prédécesseur, issu du monde de la finance, était parfois accusé de ne gouverner que pour les riches. Promettant "une ville plus juste" il a fait une priorité de lutter contre les disparités, les plus fortes du pays : 21,3% des New-Yorkais vivent sous le seuil de pauvreté. La ville compte près de 52 000 personnes sans domicile hébergées par la mairie, alors que 400 000 millionnaires y résident.

Parmi les mesures envisagées par Bill de Blasio, celle d'augmenter le salaire minimum horaire à 10 dollars (contre 8 dollars actuellement) et de construire davantage de logements sociaux. Il a également l'intention d'augmenter les impôts des New-Yorkais qui gagnent plus de 500 000 dollars par an.

2. Une action policière moins discriminatoire

Si la sécurité était la priorité de Michael Bloomberg, arrivé au pouvoir dans un New York traumatisé par le 11-Septembre, Bill de Blasio a promis une plus grande justice dans l'action policière. Et notamment la réforme du "stop and frisk", une pratique qui permet d'arrêter et de fouiller n'importe qui en cas de "suspicion raisonnable". Mais qui est dénoncée par les communautés noires et latinos comme une dérive permettant le contrôle au faciès. Le chef de la police, Ray Kelly, a déjà été écarté au profit de William Bratton, qui devra développer de meilleures relations avec les minorités.

3. Des citoyens mieux éduqués

Bill de Blasio veut permettre l'accès à l'école maternelle dès 4 ans. Une mesure qui serait financée par la hausse des impôts des plus riches. Il a également promis d'instaurer des programmes de soutien scolaire au collège.

4. Un style simple et plus moderne

Dès sa prise de fonctions, Bill de Blasio a donné le ton. A 00h01, mercredi, le nouveau maire a prêté serment chez lui, devant le procureur de New York, avant de faire une brève allocution et de saluer les partisans réunis devant son domicile. Une cérémonie très loin du faste avec lequel Michael Bloomberg avait entamé son mandat, au milieu des confettis, sur une place Times Square noire de monde. Ce contraste est révélateur du changement de style que veut afficher Bill de Blasio.

Marié à une Afro-Américaine, père de deux enfants métis, ce dernier incarne également une famille moderne, plus proche des New-Yorkais que son prédécesseur. Sur ce point, Bill de Blasio a déjà réussi à s'imposer comme l'anti-Bloomberg. Au vu des faibles marges de manœuvres budgétaires, le reste de son programme semble être un défi d'une tout autre ampleur.

Plus d'articles

Sur le même sujet