Nigéria : 111 lycéennes manquantes après une attaque de Boko Haram

Nigéria : 111 lycéennes manquantes après une attaque de Boko Haram

International
DirectLCI
NIGÉRIA - Plus d'une centaine de lycéennes manquent à l'appel dans le nord-est du Nigéria, ce mercredi 21 février, deux jours après que des combattants du groupe djihadiste Boko Haram ont attaqué une école de filles.

Elles sont 111, exactement, à manquer à l'appel, ce mercredi 21 février. Deux jours après l'attaque d'une école de filles par des combattants de Boko Haram, la police annonce avoir perdu la trace de plus d'une centaine de lycéennes, selon l'AFP.


Selon des témoignages recueillis auprès de plusieurs habitants, des membres de Boko Haram, groupe djihadiste nigérian, ont mené un assaut dans le village de Dapchi, dans l'Etat de Yobe. Alors que les insurgés tiraient en l'air et faisaient exploser des grenades, élèves et professeurs de l'internat de la Girls Science Secondary School ont pris la fuite. Le spectre de l'attaque de Chibok, au Borno il y a quatre ans, qui avait abouti à l'enlèvement de 219 jeunes femmes, est toujours dans les esprits.

Des lycéennes introuvables

Et en effet,depuis que 111 lycéennes ne sont pas rentrées après l'attaque, leurs familles connaissent aujourd'hui les pires craintes. "Nos filles sont portées disparues depuis deux jours et nous ne savons pas où elles se trouvent" a ainsi déclaré à l'AFP l'oncle d'une lycéenne absente.


"On nous a dit qu'elles s'étaient réfugiées dans d'autres villages" poursuit-il, "mais nous avons été dans tous ces villages mentionnés, en vain. Nous commençons à craindre que le pire se soit produit. Nous avons peur d'avoir affaire à un nouveau scénario de Chibok." 

En vidéo

En mai 2017, Boko Haram libère 82 lycéennes de Chibok

Depuis l'enlèvement des lycéennes par Boko Haram en 2014, 82 d'entre elles ont été libérées en mai dernier. Mais 113 jeunes filles manquent toujours à l'appel aujourd'hui. 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter