Nigeria : Boko Haram a libéré 21 lycéennes de Chibok enlevées en 2014

DirectLCI
LIBÉRATION - 21 des 276 lycéennes de Chibok, enlevées par Boko Haram en avril 2014, ont été libérées ce jeudi matin. Le porte-parole du gouvernement a indiqué que les négociations se poursuivaient pour tenter de libérer toutes les otages.

Elles faisaient partie des quelques 276 lycéennes de Chibok enlevées par Boko Haram en avril 2014, alors qu'elles passaient leur examen. 21 jeunes filles ont été libérées ce jeudi matin, échangées par leurs ravisseurs contre quatre prisonniers membres du groupe terroriste, selon une source proche du dossier. "Les filles ont été amenées à Kumshe, à 15 km de Banki [...] vers 3h du matin. Les 4 combattants de Boko Haram sont arrivés à Banki depuis Maiduguri dans un hélicoptère de l'armée et ont été conduits à Kumshe dans des véhicules du CICR (Comité International de la Croix Rouge)", a-t-elle précisé. 


Si le président Muhammadu Buhari s’est félicité de la libération des étudiantes, il a cependant rappelé que "plus de 30.000 citoyens" avaient été tués par l’organisation terroriste depuis sa création. Le tout sans préciser que la libération résultait d’un échange avec des terroristes emprisonnés. "Les noms des filles libérées seront communiqués dans peu de temps", a assuré Mallah Garba Shehu, l’un des porte-paroles du président nigérian, avant d’indiquer que les négociations "allaient se poursuivre" pour tenter de libérer les otages restantes. 

Plusieurs des lycéennes étaient apparues dans une vidéo tournée par leurs ravisseurs en août. A l’époque le chef du mouvement, Abubakar Shekau, venait d'être démis de ses fonctions par le groupe Etat islamique, auquel Boko Haram a prêté allégeance et souhaitait asseoir son pouvoir en montrant qu’il contrôlait lui aussi "la monnaie d'échange du groupe", selon Yan St Pierre, directeur de Modern Security Consulting Group. L’enlèvement des lycéennes avait été relayé dans le monde entier. Michelle Obama elle-même, avait demandé leur libération en posant à la Maison Blanche avec le célèbre hashtag #Brinbackourgirls ("ramenez-nous nos filles"). 

En vidéo

Rescapées de Boko Haram, des otages nigériennes traumatisées témoignent

Lire aussi

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter