Nigeria : mobilisation mondiale pour les lycéennes enlevées par Boko Haram

Nigeria : mobilisation mondiale pour les lycéennes enlevées par Boko Haram

DirectLCI
BOKO HARAM - Michelle Obama a manifesté mercredi sa solidarité avec les plus de 200 lycéennes enlevées au Nigeria, dans un message personnel sur Twitter. Les Etats-Unis, la France et le Royaume-Uni vont aider les autorités dans leurs recherches.

"Je crois que l'enlèvement de ces jeunes filles marque le début de la fin du terrorisme au Nigeria." Si le souhait formulé jeudi par le président nigérian Goodluck Jonathan n'est pas encore devenu une réalité, force est de constater que la communauté internationale a décidé d'agir contre le terrorisme dans le nord-est de son pays. Un élan de solidarité suscité par les massacres à répétition du groupe islamiste , mais aussi l'enlèvement de 276 lycéennes à la mi-avril.

Dans un entretien accordé la semaine dernière à la chaîne américaine ABC, Barack Obama a estimé que cet enlèvement de masse "pourrait être l'événement qui aide à mobiliser la communauté internationale toute entière afin de faire enfin quelque chose contre une organisation aussi abjecte, qui a perpétré un crime affreux". Comme un écho aux propos du président américain, la Grande-Bretagne, la Chine, la France et les Etats-Unis ont promis tour à tour d'envoyer des experts afin d'aider à retrouver la trace des adolescentes enlevées dans leur lycée de Chibok, dans l'Etat de Borno . Le président français François Hollande a pour sa part assuré que la France "fera tout pour aider le Nigeria".

"Une cruauté incroyable" selon Angelina Jolie

Outre ce soutien diplomatique, des gestes de solidarité ont afflué des quatre coins du monde : Michelle Obama a elle-même manifesté mercredi sa solidarité sur Twitter . "Nous prions pour les Nigérianes disparues et leurs familles. Rendez-nous nos filles", a lancé la first lady américaine sur le réseau social alors qu'Hillary Clinton a estimé que "l'accès à l'éducation est un droit fondamental et une raison inadmissible de cibler des filles innocentes. Nous devons lutter contre le terrorisme". Un message ponctué du hashtag #BringBackOurGirls, lequel a été créé en soutien aux jeunes filles.

L'actrice américaine Angelina Jolie s'est également exprimée sur le sujet lors d'interviews, estimant que "le kidnapping de ces jeunes filles était d'une cruauté incroyable". "Quand j'ai appris que des filles ont été enlevées au Nigeria, j'ai été très triste et j'ai pensé que mes sœurs (nigérianes) sont en prison et qu'il fallait que je parle pour elles", a déclaré de son côté la jeune militante pakistanaise, Malala Yousafzai, qui a survécu de justesse à une tentative d'assassinat des talibans.

L'insurrection menée depuis 2009 par Boko Haram a fait des milliers de morts (plus de 1.500 depuis début 2014) au Nigeria, pays le plus peuplé et première économie d'Afrique. Les violences se concentrent dans le nord-est, où l'armée mène une vaste opération depuis un an contre les insurgés. En Vain. Dernière attaque en date : mercredi à Buji-Buji, toujours dans l'Etat de Borno. "Une vingtaine d'hommes armés ont envahi notre village vers 03 heures alors que la plupart des gens dormaient" et ont ouvert le feu tandis qu'ils tentaient de s'enfuir, a raconté le chef du village. "Sept personnes sont mortes sur le coup et autant ont été blessées".

Plus d'articles

Sur le même sujet