Noël : le pape François en appelle à la fraternité et plaide pour des vaccins "accessibles à tous"

Francois a pris la parole comme chaque année à l'occasion de Noël.

VATICAN - Le discours de Noël du pape François a été marqué par des appels à la solidarité. Dans l'accès aux vaccins notamment, que le souverain pontife souhaite voir diffusés au plus grand monde.

Vendredi, dans sa traditionnelle prise de parole à l'occasion de Noël, le pape François a réaffirmé "le besoin de fraternité" dans la période de pandémie actuelle, s'engageant également pour que les vaccins soient "accessibles à tous". "En ce moment historique, marqué par la crise écologique et par de graves déséquilibres économiques et sociaux aggravés par la pandémie du coronavirus, nous avons plus que jamais besoin de fraternité", a-t-il notamment.

Toute l'info sur

Le monde commence à se vacciner contre le Covid-19

Les vaccins, "une lueur d'espoir"

Le souverain pontife, qui s'exprimait depuis le Vatican, a appelé à une fraternité concrète, qui transcende la famille, l'ethnie, la religion, la langue ou la culture. Il s'agissait de son huitième message de Noël, lu cette année à l'intérieur du palais apostolique pour éviter le rassemblement d'une foule la place Saint-Pierre, et ce alors que l'Italie est confinée pour les fêtes.

L'appel à la solidarité du pape s'applique "spécialement envers les personnes les plus fragiles, les malades et toutes celles qui, en cette période, se sont retrouvées sans travail ou sont en grave difficulté en raison des conséquences économiques de la pandémie, comme aussi envers les femmes qui, durant ces mois de confinement, ont subi des violences domestiques". Il n'a pas manqué de réaffirmer son soutien aux vaccins, décrits comme des "lueurs d'espoir" dans "une période d'obscurité et d'incertitude". Comme il l'avait déjà fait ces dernières semaines, il a exhorté à ce qu'ils soient "accessibles à tous"

Lire aussi

"Nous ne pouvons pas permettre que des nationalismes fermés nous empêchent de vivre comme la véritable famille humaine que nous sommes", a ajouté François. "Nous ne pouvons pas non plus laisser le virus de l'individualisme radical nous vaincre et nous rendre indifférents à la souffrance d'autres frères et sœurs". Dans l'esprit du pape, "les lois du marché et les brevets d'invention" ne doivent pas faire passer avant "la santé de l'humanité".

À travers cette prise de parole, il a demandé aux responsables politique du monde, aux entreprises et aux organismes internationaux "de promouvoir la coopération et non la concurrence, et de rechercher une solution pour tous : des vaccins pour tous, en particulier pour les plus vulnérables et les plus nécessiteux dans toutes les régions de la planète". Un message qui fait écho aux déclarations de François depuis le début de la pandémie, et qui constitue la suite logique d'un long plaidoyer sur ce thème : l'encyclique Fratelli tutti (Tous frères, ndlr). Un texte publié le 3 octobre dernier.

Le pape, à la fin de son allocution, a eu un mot pour les croyants privés de leurs proches en raison de la pandémie. "Ma pensée va en ce moment aux familles : à celles qui aujourd’hui ne peuvent pas se réunir, comme aussi celles qui sont obligées de rester à la maison", a-t-il lancé, avant de souhaiter un "bon Noël à tous".

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : première visite d'Emmanuel Macron dans un centre de vaccination lundi

Golden Globes : Chadwick Boseman sacré meilleur acteur, sa veuve livre un émouvant discours

Son enfance en Algérie, son grand amour partagé : Marthe Villalonga ouvre ses jardins secrets

Désormais autorisé dans les cabinets médicaux, le vaccin AstraZeneca est en forte progression

Face au risque d'un confinement national, "il y a encore de l'espoir", estime Jérôme Salomon

Lire et commenter