Non, deux touristes français n'ont pas causé une centaine de contaminations au Covid-19 en Islande

Des foyers importants de contamination ont été identifiés dans la capitale Reykjavík.
International

EMBALLEMENT – Les propos d'un épidémiologiste islandais renommé ont été largement relayés, y compris en France, avant que les autorités ne finissent par admettre que rien ne permettait d'incriminer les deux touristes.

Partis en vacances en Islande durant l'été, deux touristes français ont été  mis en cause pour avoir entraîné la contamination d'une centaine de personnes sur l'île. Une information relayée dans un premier temps par la presse islandaise, puis reprise sur les réseaux sociaux et les médias français. Pourtant, quelques jours plus tard, les autorités se sont montrées très prudentes. Elles estiment aujourd'hui que viser les deux Français ne repose "sur aucune preuve".

Un épidémiologiste renommé s'emballe

À leur arrivée sur le territoire islandais mi-août, les deux voyageurs ont pris le parti "de se faire tester au Covid-19 à l’aéroport international de Keflavik pour échapper à deux semaines de quarantaine", raconte l'AFP, mais ont été testé positifs. L'auto-isolement leur a donc été demandé. Des mesures de précaution qui n'auraient pas été respectées, si l'on en croit le renommé épidémiologiste en chef islandais Þórólfur Guðnason.

Lors d'une réunion d'information, ce dernier a déploré le 21 septembre "une centaine d’infections à Coronavirus au cours de ces derniers jours", dont l'origine pouvait être retracée et menant à deux bars de la capitale Reykjavik. "La grande majorité des cas survenus sont de la même variante du virus que celle de deux touristes français, diagnostiqués en août", a-t-il ajouté, n'hésitant pas à utiliser dans son intervention l'expression Jem'appellenicolas

Lire aussi

L'attitude des deux touristes n'aurait pas été exemplaire : "J’ai des informations selon lesquelles il était difficile de leur faire suivre les instructions" relatives à leur quarantaine, a poursuivi Guðnason, laissant entendre qu'ils auraient fait preuve de négligence. Une version des faits largement relayée, mais depuis contestée par la police islandaise. Si "les mesures sanitaires n’ont pas été suivies au maximum" par les deux jeunes gens, "il n’y a pas eu de violation des règles d’isolement" et "il n’y a aucune raison d'imposer une amende", a-t-elle réagi. 

Le patron d'une entreprise partenaire des autorités sanitaires islandaises dans les campagnes de tests a par ailleurs jugé "injuste et sans fondement" l'accusation portée contre les deux Français. "L'hypothèse selon laquelle les touristes français auraient violé la quarantaine ne repose sur aucune preuve", a lancé Kari Stefansson. Jugeant "également possible, voire plus probable, qu’il y ait eu d'autres personnes dans cet avion qui ont été infectées et étaient suffisamment tôt dans l’infection pour qu’elles n’aient pas été détectées à la frontière".

Impossible, donc, d'incriminer les deux ressortissants français. Si une souche spécifique du virus, la même que celle repérée lors du dépistage de ces touristes, a bien été identifiée lors de ces contaminations massives à Reykjavik, rien ne permet aujourd'hui de les tenir responsables de la centaine de nouveaux cas recensés sur l'île nordique.

Toute l'info sur

L'info passée au crible

Vous souhaitez réagir à cet article, nous poser des questions ou nous soumettre une information qui ne vous paraît pas fiable ? N'hésitez pas à nous écrire à l'adresse lesverificateurs@tf1.fr

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : près de 50.000 nouveaux cas détectés en 24 heures

L’ŒIL DE LAURENCE HAÏM - "Il se passe quelque chose au Texas"

CARTE - Reconfinement : regardez jusqu’où vous pouvez sortir autour de chez vous

EN DIRECT - Attentat de Nice : un deuxième homme au contact du terroriste interpellé

Olivier Véran a-t-il affirmé que "c’est le confinement qui provoque la circulation du virus" ?

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent