Norvège : le tueur de masse Anders Breivik s’est inscrit à l'université

Norvège : le tueur de masse Anders Breivik s’est inscrit à l'université

International
DirectLCI
NORVEGE – Le tueur d’extrême droite, responsable de la mort de 77 personnes en juillet 2011, s’est inscrit depuis sa prison à l’université d’Oslo. Il suivra un cursus en sciences politiques.

Il y avait Lukas Rocco Magnota à la recherche de son prince charmant depuis sa cellule. Il y a maintenant l’inscription à la fac d'Anders Behring Breivik. L'université d'Oslo a en effet annoncé ce vendredi avoir accepté la candidature de l'extrémiste de droite qui a tué 77 personnes, en 2011, sur l’île d’Utoya, au nom de la lutte contre le multiculturalisme et "l'invasion musulmane".

À LIRE AUSSI >> Luka Magnotta recherche "son prince charmant" depuis sa cellule

Quelle formation va-t-il suivre ? Un cursus en sciences politiques, a expliqué l’université. Un choix de formation qui s'inscrit dans la continuité des propos qu'il a tenus l’an dernier, quand il expliquait s'être "converti" à la cause démocratique depuis août 2012 et expliquait même vouloir créer, dans son pays, un parti politique... "fasciste".

S’inscrire, oui, avoir son diplôme, pas maintenant

De l’inscription à l’obtention du diplôme, la route va toutefois être longue pour Breivik, car cinq des neuf matières obligatoires du cursus exigent de se rendre à l'université pour des séminaires. Or, dans ses conditions actuelles de détention – un isolement total sans accès à Internet – il ne pourra aller ni sur le campus, ni côtoyer ses enseignants ou ses camarades. Ses contacts avec l'université passeront par un intermédiaire. "Il ne bénéficiera pas d'exemption, a néanmoins précisé le professeur de sciences politiques Dag Harald Claes à l'AFP. Il ne pourra passer ces matières que lorsque son régime de détention sera allégé ou s'il est éventuellement remis en liberté un jour". Breivik n’est toutefois pas pressé : en 2012, il a écopé d’ une peine de prison de 21 ans , une peine susceptible d'être prolongée indéfiniment tant qu'il reste considéré comme dangereux.

"C'est blessant qu'il puisse étudier mais c'est comme ça en Norvège (...) Cela fait encore plus mal quand l'annonce tombe à quelques jours des commémorations", quatre ans après les attaques, a réagi la présidente du groupe de soutien aux familles des victimes, Lisbeth Kristine Røyneland. "Mais qu'il lise des romans ou des livres de science politique n'a pour nous pas d'importance, du moment qu'il reste derrière les barreaux", a-t-elle ajouté.

À LIRE AUSSI >> Norvège : Breivik exige maintenant de pouvoir créer un parti "fasciste"

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter