"Nous installons une grue" : le propriétaire du cargo bloquant le canal de Suez espère le déloger rapidement

"Nous installons une grue" : le propriétaire du cargo bloquant le canal de Suez espère le déloger rapidement

PARALYSÉ - Après l'échec d'une première tentative de remise à flot, les opérations se poursuivent ce samedi pour tenter de déloger le géant des mers bloqué sur le canal de Suez.

En dépit des importants moyens déployés, le mastodonte de 220.000 tonnes qui obstrue depuis mardi le canal de Suez n'a toujours pas bougé d'un iota. L'opération doit se poursuivre ce samedi, suite à l'échec d'une première tentative de remise à flot la veille. "Nous sommes en train d'éliminer les sédiments, avec des outils de dragage supplémentaires", a déclaré vendredi le président de la compagnie japonaise Shoei Kisen, Yukito Higaki, lors d'une conférence de presse. 

Toute l'info sur

Le canal de Suez bloqué une semaine par un porte-conteneur géant

Le propriétaire dit cependant avoir bon espoir que le navire soit débloqué dès ce samedi soir. "Le navire ne prend pas l'eau. Il n'y a aucun problème avec ses gouvernails et ses hélices. Une fois qu'il aura été renfloué, il devrait pouvoir fonctionner", a ajouté le dirigeant. Deux remorqueurs égyptiens supplémentaires de 220 à 240 tonnes, en plus des huit qui sont déjà à pied d'œuvre, doivent arriver sur place au cours de la journée. 

Retirer des conteneurs pour l'alléger

Le directeur-exécutif de Royal Boskalis, la société néerlandaise mandatée pour aider à la tâche, se montre toutefois plus prudent. "Avec les navires que nous aurons sur place d'ici là, les sols que nous avons déjà pu draguer et la marée haute, cela sera, espérons-le, suffisant pour pouvoir dégager le navire en début de semaine prochaine", a indiqué vendredi soir Peter Berdowski, interrogé lors d'un talk-show sur la télévision publique néerlandaise.

Si cela ne suffit pas, il faudra procéder à l'enlèvement de conteneurs pour alléger le navire, a prévenu le dirigeant, une solution qui prendrait bien plus de temps. "Nous sommes déjà en train d'installer une grue, sur terre", a-t-il précisé dans le talk-show Nieuwsuur. "Cela nous permettra de retirer éventuellement tous les conteneurs du pont avant, ce qui pourrait impliquer des centaines de conteneurs", a-t-il poursuivi.

S'ils ne parviennent pas à le débloquer lors de cette marée haute, la prochaine n'aura pas lieu avant deux semaines- L'amiral Ossama Rabie, président de la CSA

Depuis mercredi, l'Autorité égyptienne du canal de Suez (SCA) tente de dégager ce navire de plus de 220.000 tonnes et d'une longueur équivalente à quatre terrains de football, coincé dans le sud du canal, à quelques kilomètres de la ville de Suez. Une opération menée vendredi par la SCA avec l'aide de remorqueurs et d'un engin de chantier "n'a pas réussi", a indiqué la Bernhard Schulte Shipmanagement (BSM), compagnie basée à Singapour qui assure la gestion technique du navire. 

Lire aussi

Le président de la SCA, l'amiral Ossama Rabie, estime que "les manœuvres de remorquage nécessitent la conjoncture de plusieurs facteurs (...) dont le plus important est la direction des vents et des marées". Une importante marée haute prévue dimanche soir pourrait être d'une grande aide pour les équipes techniques cherchant à débloquer le navire, a expliqué pour sa part Plamen Natzkoff, expert chez VesselsValue. "S'ils ne parviennent pas à le débloquer lors de cette marée haute, la prochaine n'aura pas lieu avant deux semaines, et cela va devenir problématique", a-t-il dit à l'AFP.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

42 jours au lieu de 28 entre deux doses de Pfizer et de Moderna : sur quoi se base Olivier Véran ?

Le vaccin Johnson & Johnson arrive ce lundi en France : ce qu'il faut savoir

EN DIRECT - Le pic de la 3e vague atteint ? "Nous devons encore tenir", prévient Véran

Éruption de la Soufrière à Saint-Vincent : des milliers d'évacuations dans la panique

Dîners clandestins : Brice Hortefeux plaide la bonne foi, Alain Duhamel se dit "piégé"

Lire et commenter