Nouveau désaveu pour Trump : un juge bloque le décret visant à sanctionner les villes opposées à sa politique anti-immigration

International
ETATS-UNIS - Un juge américain a en grande partie suspendu mardi l'application d'un décret du président Trump visant à priver de financements fédéraux les villes qui protègent leurs habitants sans-papiers.

Depuis près de 100 jours qu'il est président, Donald Trump fait le douloureux apprentissage du partage des pouvoirs inscrit dans la Constitution américaine. Ainsi, Un juge a en grande partie suspendu mardi l'application d'un décret du président Trump visant à priver de financements fédéraux les collectivités opposées à sa politique anti-immigration. Une mesure de plus du président républicain retoquée.


Le juge William Orrick, de la cour fédérale de San Francisco, a pris cette injonction temporaire de portée nationale en considérant que les arguments d'avocats représentant San Francisco et le comté californien de Santa Clara avaient des mérites. Le débat sur le fond se tiendra donc lieu ultérieurement. Le comté de Santa Clara, qui représente un exemple parmi ces "villes sanctuaires" qui se sont engagées à protéger leurs habitants sans-papiers, a salué dans un communiqué une décision "historique".

Le décret qui valait 2 milliards...

Ce décret entend retirer des subventions fédérales aux villes - et notamment aux forces de l'ordre locales - refusant de coopérer avec la police fédérale de l'immigration. Les autorités de Santa Clara affirment que le comté pourrait perdre près de 1,7 milliard de dollars à cause de ce décret. San Francisco perçoit pour sa part jusqu'à 2 milliards de dollars par an de fonds fédéraux... Lors d'une audience judiciaire mi-avril, les avocats de l'administration Trump avaient pourtant assuré qu'aucune de ces juridictions ne risquait dans l'immédiat de perdre ces financements, le décret voulant selon eux seulement les forcer à appliquer les lois sur l'immigration.


Les villes "sanctuaires", parmi lesquelles Los Angeles, New York, Chicago ou Philadelphie, affirment que pousser encore davantage dans la clandestinité des étrangers entrés illégalement a des effets néfastes, ces personnes n'osant plus contacter la police, y compris pour des raisons utile. Depuis l'arrivée au pouvoir de Donald Trump, les autorités américaines ont accentué la répression de l'immigration illégale, en soutenant qu'elle alimentait la criminalité, bien qu'à ce jour, aucune étude sérieuse ne peut le prouver.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La présidence Donald Trump

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter