Nouveau tir de missile de la Corée du Nord : "Tout le territoire américain est à notre portée", affirme Kim Jong-Un

Nouveau tir de missile de la Corée du Nord : "Tout le territoire américain est à notre portée", affirme Kim Jong-Un

International
DirectLCI
TENSIONS – Alors que Pyongyang a procédé vendredi soir à un nouveau tir de missile balistique intercontinental, les Etats-Unis et la Corée du Sud ont fait savoir que leurs états-majors discutaient d'"options de réaction militaire". De quoi craindre une nouvelle escalade diplomatique.

C’est une nouvelle provocation qui fait craindre une escalade dans la crise. La Corée du Nord a procédé ce vendredi soir à un tir de missile balistique intercontinental (ICBM), qui a parcouru un millier de kilomètres avant de finir sa course en mer du Japon. Kim Jong-Un a par la sutie affirmé que le test démontrait la capacité de la Corée du nord à déclencher un tir "n'importe où et n'importe quand", selon l'agence officielle nord-coréenne KCNA. Cette dernière a ajouté que "le leader (Kim Jong-Un) a déclaré fièrement que le test confirmait aussi que le territoire continental des Etats-Unis est à notre portée de tir".


Le président américain Donald Trump a affirmé de son côté que "les Etats-Unis prendront les mesures nécessaires pour assurer la sécurité du territoire national américain et pour protéger nos alliés de la région"


Les chefs militaires américains et sud-coréens ont discuté d'"options de réaction militaire", a indiqué le Pentagone. Le général Joe Dunford, chef d'état-major inter-armées, et l'amiral Harry Harris, chef du commandement Pacifique de la marine américaine, se sont entretenus avec le chef d'état-major inter-armées sud-coréen, le général Lee Sun Jin. "Au cours de cet appel, Dunford et Harris ont exprimé l'engagement irrévocable envers l'alliance américano-sud-coréenne", a fait savoir le bureau du général Dunford. La France a elle aussi réagi par l'intermédiaire du ministère des Affaires étrangères en appelant à "l'adoption rapide de sanctions additionnelles et fortes" par le Conseil de sécurité de l'Onu.

L’impossible solution diplomatique

Aux Etats-Unis, le Pentagone prépare depuis longtemps l'éventualité d'un conflit avec la Corée du Nord. Mais le langage tranchant de ce communiqué marque une évolution par rapport aux précédentes réactions publiques ayant suivi des essais de missiles. Auparavant, il s'agissait de critiquer les tirs mais sans mentionner d'options militaires de représailles. 

En vidéo

ARCHIVES - Dans une vidéo de propagande, la Corée du Nord montre des missiles détruisant l'Amérique

Le ministre de la Défense Jim Mattis, actuellement en vacances, avait qualifié le premier test d'ICBM le 4 juillet par Pyongyang de "provocation", tout en insistant sur le fait que les Etats-Unis cherchaient toujours à parvenir à une solution diplomatique. Mais selon certains experts, cette solution pourrait devenir de plus en plus difficile à trouver. "La fenêtre de tir pour un dialogue avec Pyongyang est en train de se fermer", juge ainsi Joel Wit, co-fondateur du groupe "38 North", qui surveille les activités militaires du régime communiste. 

Jusqu'ici, la stratégie des Etats-Unis - qu'il s'agisse de l'administration de Donald Trump ou de celle de Barack Obama - n'a pas porté ses fruits : malgré un renforcement des sanctions internationales à l'Onu et des pressions sur la Chine, principale alliée de la Corée du Nord, Kim Jong-Un a pu poursuivre ses programmes militaires balistique et nucléaire à sa guise.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter