Nouvelle-Zélande : depuis sa cellule, le tueur de Christchurch lance un appel aux armes dans une lettre haineuse

Nouvelle-Zélande : depuis sa cellule, le tueur de Christchurch lance un appel aux armes dans une lettre haineuse
International

Toute L'info sur

Attentat islamophobe en Nouvelle-Zélande

EMBARRAS - Incarcéré pour avoir commis les attentats de Christchurch, Brenton Tarrant a été autorisé à envoyer un courrier vindicatif dans lequel il lance un appel aux armes depuis sa cellule à un destinataire russe, qui l'a publié sur le web. L'administration, qui a reconnu un dysfonctionnement, a présenté ses excuses.

Brendon Tarrant refait parler de lui. L'auteur de l'attentat contre deux mosquées de Christchurch, lors duquel 51 personnes ont été tuées et des dizaines d'autres blessées, a adressé un courrier haineux depuis sa prison à un sympathisant. La violente lettre manuscrite de six pages, destinée à un certain "Alan" basé en Russie, a ensuite été mise en ligne sur le forum 4chan, fréquenté par de nombreux suprémacistes blancs. 

Rédigé au crayon et en capitales à l'aspect enfantin, le document daté du 4 juillet relate le voyage d'un mois qu'aurait fait Tarrant en Russie en 2015. Le tueur de Christchurch y partage aussi son admiration pour le fasciste britannique Oswald Mosley et évoque sa conviction, selon laquelle, "il y a un grand conflit à l'horizon". 

Lire aussi

Face à l'émoi suscité dans le pays, les autorités néo-zélandaises ont présenté leurs excuses jeudi 15 août pour avoir autorisé Brenton Tarrant à mener cette correspondance haineuse depuis la cellule de sa prison hautement sécurisée. "Je voudrais m'excuser pour la peine que cela a causé aux personnes touchées par les événements tragiques du 15 mars", a déclaré la directrice du département pénitentiaire, Christine Stevenson. Elle a ajouté que le service de courrier avait été suspendu temporairement pendant que processus de filtrage serait examiné. 

"Respecter nos obligations légales et atténuer tous les risques potentiels posés par le détenu est un bon compromis. Cependant, nous sommes absolument déterminés à faire en sorte qu'il n'ait aucune possibilité de causer le moindre préjudice ou peine, que ce soit directement ou indirectement".

Cet individu ne doit pas pouvoir partager son message haineux depuis sa cellule- Jacinda ARDERN, Première ministre néo-zélandaise

En Nouvelle-Zélande, où les libertés sont la pierre angulaire du système, la loi est ainsi faite que les établissements pénitenciers ne sont autorisés à conserver les courriers d'un détenu que dans un nombre "très restreint" de cas de figure. "Je me renseigne pour savoir si nos lois sont toujours adaptées et j'ai demandé conseil pour savoir quels changement nous pourrions apporter", a affirmé le ministre des Services pénitentiaires, Kevin Davis. Selon lui, avant de se voir interdit de courrier, Tarrant avait essayé d'envoyer neuf lettres : deux à sa mère et sept à des "associés", dont deux ont été bloquées par les autorités. Pour la Première ministre, Jacinda Ardern, "cet individu ne doit pas pouvoir partager son message haineux depuis sa cellule", a-t-elle dit depuis le petit archipel de Tuvalu, dans le Pacifique, où elle se trouve pour un sommet régional.

En vidéo

ARCHIVES - Attentat de Christchurch : ce que l'on sait du tueur

Incarcéré dans une prison de haute sécurité à Auckland, la plus grande ville de Nouvelle-Zélande, pour avoir exécuté 51 personnes dans deux mosquées de Christchurch le 15 mars dernier, la pire tuerie de masse de l'époque moderne du pays, Brenton Tarrant est aujourd'hui dans l'attente de son procès. L'Australien a été inculpé de 51 chefs de meurtre, de 40 chefs de tentative de meurtre et d'un chef d'acte terroriste, pour lesquels il a plaidé non coupable. Il doit être jugé à partir de mai 2020.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter