Nucléaire iranien : Macron demande des "gestes clairs" à Rohani, "sans attendre"

Les présidents français Emmanuel Macron et iranien Hassan Rohani lors d'une réunion à l'ONU.

CONCERTATION - Au cours d'un appel téléphonique, le président Emmanuel Macron a enjoint son homologue iranien Hassan Rohani à "revenir au respect de ses obligations" ainsi qu'à la pleine coopération sur la question du nucléaire.

L'Élysée hausse le ton. Le président Emmanuel Macron a demandé mardi 2 mars à son homologue iranien Hassan Rohani que l'Iran fasse "des gestes clairs", "sans attendre" pour "revenir au respect de ses obligations" sur le nucléaire et coopérer pleinement avec l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), a annoncé la présidence française.

Au cours d'un entretien téléphonique, le chef de l'État a aussi exprimé à son confrère "sa profonde préoccupation" devant les décisions prises par l'Iran "en violation de l'accord de Vienne" sur le nucléaire, au moment où les Européens vont présenter une résolution à l'AIEA condamnant l'Iran pour la suspension de certaines inspections de son programme. Il a aussi "rappelé les efforts faits par la France, avec ses partenaires, au cours des dernières années, pour permettre une solution négociée".

Lire aussi

La décision iranienne "va nous amener dans les jours qui viennent à émettre une protestation dans le cadre du Conseil des gouverneurs" de l'AIEA, avait fait savoir plus tôt le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian devant la Commission des Affaires étrangères de l'Assemblée nationale. Le chef de la diplomatie française avait ainsi confirmé une information de sources diplomatiques selon lesquelles l'Allemagne, la France et la Grande-Bretagne, les trois pays européens ont l'intention de soumettre vendredi 5 mars au vote du Conseil des gouverneurs un texte appelant l'Iran à "reprendre immédiatement" l'ensemble du programme d'inspections prévu par cet accord.

En vidéo

Qui a assassiné Mohsen Fakhrizadeh, le patron du nucléaire iranien ?

L'Iran a pour sa part adressé une nouvelle mise en garde mardi contre la possible adoption d'une telle résolution. À un moment où Téhéran et la communauté internationale cherchent à sauver l'accord sur le nucléaire iranien conclu en 2015 à Vienne, le porte-parole du gouvernement iranien Ali Rabii a prévenu que l'adoption d'une telle résolution devant l'AIEA risquait de rendre vains ces efforts. Mais il a réaffirmé l'attachement de l'exécutif iranien à une solution concertée.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

42 jours au lieu de 28 entre deux doses de Pfizer et de Moderna : sur quoi se base Olivier Véran ?

Éruption de la Soufrière à Saint-Vincent : des milliers d'évacuations dans la panique

Le vaccin Johnson & Johnson arrive ce lundi en France : ce qu'il faut savoir

EN DIRECT - Le pic de la 3e vague atteint ? "Nous devons encore tenir", prévient Véran

Dîners clandestins : Brice Hortefeux plaide la bonne foi, Alain Duhamel se dit "piégé"

Lire et commenter