Nucléaire iranien : Macron qualifie d'"erreur" la décision de Trump de déchirer l’accord avec Téhéran

DirectLCI
CASH - En déplacement en Allemagne ce mercredi soir, Emmanuel Macron a déclaré que la décision de son homologue américain Donald Trump de sortir son pays de l'accord sur le nucléaire iranien était "une erreur".

Emmanuel Macron n’a pas hésité ce mercredi soir à qualifier d'"erreur" la décision de son homologue américain Donald Trump de sortir son pays de l'accord sur le nucléaire iranien. "Je regrette la décision du président américain, je pense que c'est une erreur, c'est pourquoi, nous Européens, avons décidé de rester dans l'accord de 2015", a déclaré le président de la République dans une interview accordée à la télévision publique allemande ARD à l'occasion d'un déplacement en Allemagne. 


"J'ai eu tout à l'heure l'occasion de le dire au président Rohani", a précisé Emmanuel Macron. La présidence française avait en effet annoncé peu avant que le président français et son homologue iranien étaient convenus lors d'un entretien téléphonique de "poursuivre leur travail commun en direction de tous les Etats intéressés, en vue de la mise en oeuvre continue de l'accord nucléaire".

Dans l'interview à la télévision allemande, Emmanuel Macron a souligné que la priorité était "que le régime iranien ne reprenne pas ses activités" et il s'est dit encouragé par les premières réactions en provenance de Téhéran. "Ils ont temporisé (...) il n'y a pas d'escalade", a-t-il dit. "Le plus important, c'est maintenir la stabilité au Proche et Moyen-Orient", a insisté le chef de l'Etat.


Emmanuel Macron a par ailleurs réfuté les critiques sur l'échec de sa récente visite à Washington, où il a tenté en vain de convaincre Donald Trump de ne pas quitter l'accord sur le nucléaire iranien. "A Washington,  j'avais compris que le président Trump voulait sortir de l'accord, c'est pour cela que dès la conférence de presse commune j'avais proposé qu'on travaille sur une cadre plus large, nous y sommes", a-t-il dit.


A ses yeux, il est nécessaire désormais de "compléter" l'accord existant "sur le nucléaire après 2025, sur les activités balistiques de l'Iran dans la région et sur les activités régionales de l'Iran, en particulier en Irak, en Syrie, au Yémen et au Liban". 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter