Nucléaire nord-coréen : Kim Jong-Un fait retomber la pression

Nucléaire nord-coréen : Kim Jong-Un fait retomber la pression

APAISEMENT - Lors du congrès exceptionnel du Parti des travailleurs nord-coréen, le leader du pays, Kim Jong-Un a annoncé ce week-end qu’il n’aurait recours à la bombe nucléaire qu’en cas d’agression par une puissance étrangère.

Une fois n’est pas coutume, la Corée du Nord a remisé au placard sa rengaine martiale. Ce week-end, alors que se tient à Pyongyang un congrès extraordinaire du Parti des travailleurs, le premier depuis 36 ans, Kim Jong-Un s’est posé en leader "responsable", affirmant que son pays n’utiliserait la bombe nucléaire qu’en cas d’agression d’une autre puissance nucléaire.

A LIRE AUSSI
>> Panama Papers : la Corée du Nord impliquée ?

"Comme puissance nucléaire responsable, notre République n'utilisera pas une arme nucléaire sans que sa souveraineté ne soit violée par des forces hostiles et agressives avec des bombes atomiques", a-t-il dit selon des propos rapportés dimanche par l'agence officielle, KCNA.

Normalisation des relations avec les pays "hostiles" ?

Des déclarations à prendre toutefois avec prudence. La Corée du Nord, qui a abandonné toute négociation sur le nucléaire depuis 2003, fait en effet planer la menace d’un cinquième essai nucléaire et, en ouverture de ce congrès historique, le jeune leader avait salué l'essai "historique" du mois de janvier, signe, selon lui, de "la puissance illimitée" de son pays - et alors que les experts doutent qu’il s’agisse du test d’une bombe H.

Il n’empêche, jouant encore l’air de l’apaisement, Kim Jong-Un a indiqué que son pays chercherait à améliorer et normaliser les relations avec les pays amis, même ceux qui "ont été hostiles par le passé". Certains experts avaient indiqué que Pyongyang pourrait, à l'occasion de ce congrès historique, tendre la main à Washington.

Responsables américains et nord-coréens ont d'ailleurs participé ces dernières années à des rencontres informelles. Mais celles-ci ont vraisemblablement achoppé sur la question même des conditions d'une reprise d'un dialogue sur le fond.

EN SAVOIR+
>> Notre dossier consacré à la Corée du Nord

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : près de 25.000 hospitalisations, 196 décès en 24 heures

Couvre-feu national à 18h : quelles sont les attestations dérogatoires et où les télécharger ?

Départ de Donald Trump : nos images de la Maison-Blanche désertée

Dérogations au couvre-feu national : qui est autorisé à circuler après 18h ?

Impôts : faites-vous partie des bénéficiaires de l'acompte versé ce vendredi ?

Lire et commenter