Obama soutient le joueur de foot qui a refusé de se lever pour l'hymne national

International
GESTE POLITIQUE - Barack Obama a apporté lundi son soutien à la démarche du footballeur américain Colin Kaepernick. Le quaterback a suscité la polémique en refusant à plusieurs reprises de se lever pendant l'hymne national d'avant-match afin de protester contre l'oppression de la communauté noire américaine.

"Il exerce son droit constitutionnel à faire passer un message. Il existe une longue histoire de figures du sport qui ont fait de même." C'est par ces mots que Barack Obama a défendu lundi le joueur de football américain Colin Kaepernick qui a refusé trois fois en deux semaines de se lever lors du traditionnel hymne national d'avant match, pour protester contre "l'oppression" de la communauté noire. Reconnaissant qu'une telle action pouvait être "quelque chose de difficile" à vivre pour les familles de militaires, le président des Etats-Unis a néanmoins estimé que la démarche du joueur pouvait se comprendre.

Je ne doute pas de sa sincérité. Je pense qu'il est attaché à des questions réelles, légitimes qui méritent d'être abordées.Barack Obama

Barack Obama a poursuivi en mettant en avant le sens civique du quaterback des San Francisco 49ers. "Je préfère voir des jeunes gens qui sont impliqués et essayent de concevoir comment ils peuvent participer au débat démocratique plutôt que des gens qui se comportent en spectateurs et ne prêtent pas attention du tout à ce qui se passe", a indiqué le locataire de la Maison-Blanche. "Parfois, c'est un peu compliqué, mais c'est comme cela que la démocratie fonctionne", a-t-il conclu. 

Je ne vais pas afficher de fierté pour le drapeau d'un pays qui opprime les NoirsColin Kaepernick

Le 1er septembre, lors d'une rencontre à San Diego (Californie) face aux Green Bay Packets, Colin Kaepernick a refusé de se lever, comme le veut tradition, lorsque "La bannière étoilée", l'hymne national américain, a retenti dans l'enceinte du stade. A la place, le numéro 7 des San Francisco 49er s'est agenouillé tout comme son coéquipier Eric Reid. A l'issue du match, il a expliqué vouloir ainsi protester contre l'oppression exercée, selon lui, à l'encontre la communauté noire américaine


"Je ne vais pas afficher de fierté pour le drapeau d'un pays qui opprime les Noirs, a déclaré le joueur de 28 ans. Il y a des cadavres dans les rues et des meurtriers qui s'en tirent avec leurs congés payés." Il a remis en cause la formation des agents de police plus courte, selon lui, que celle d'une esthéticienne. "Quelqu'un qui doit tenir un fer à friser à plus d'éducation que des gens à qui on donne une arme pour nous protéger", a-t-il déclaré. 


Ce métis de 28 ans, qui a déjà affiché son soutien au mouvement "Black Lives Matter", a également expliqué agir ainsi "pour les gens qui n'ont pas de tribune". Sa prise de position a déclenché une vive polémique aux Etats-Unis. Des Américains ont immédiatement demandé sa suspension, voire son licenciement à la National Football League (NFL) et brûlé son maillot tandis que les forces de polices se sont dites insultées par ses propos.



Le candidat Républicain à l'élection présidentielle, Donald Trump, que Colin Kaepernick qualifie "d'ouvertement raciste", a lui aussi réagi à la prise de position du quaterback qualifiant son choix de ne pas se lever pendant l'hymne "d'exécrable". Kaepernick a aussi été accusé de ne pas respecter le sacrifice des vétérans américains en insultant l'hymne national. Cependant, un hashtag #VeteransforKaepernick a été lancé en soutien au joueur.

Plusieurs sportifs ont également apporté leur soutien à Colin Kaepernick. Parmi eux, l'ancienne star de la NBA Kareem Abdul-Jabbar ou encore un ancien membre de la NFL, Jim Brown. "Je l'écoute, et tout ce qu'il a dit a du sens. Il est dans son bon droit, et il dit la vérité telle qu'il la voit. Je suis avec lui à 100%", a indiqué Jim Brown. 


A contrario, d'autres athlètes ont peu goûté au geste du joueur et l'ont fait savoir comme le tennisman John Isner qui a qualifié cette démarche de "pathétique" ou encore l'ancien joueur de foot américain Jerry Rice. "Toute les vies comptent. Il se passe tant de chose dans le monde aujourd'hui. Ne pouvons-nous pas tous nous entendre ! Colin, je respecte ta position mais ne manque pas de respect au Drapeau", a-t-il tweeté. 


Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter