Oleg Sentsov : Macron a fait "plusieurs propositions" à Poutine sur le sort du cinéaste, en grève de la faim depuis 3 mois

Oleg Sentsov : Macron a fait "plusieurs propositions" à Poutine sur le sort du cinéaste, en grève de la faim depuis 3 mois

DirectLCI
DROITS DE L'HOMME - La présidence française a fait savoir vendredi 10 août que le chef de l'Etat a fait "plusieurs propositions" à son homologue russe pour trouver une solution humanitaire au cas d'Oleg Sentsov. En grève de la faim depuis le 14 mai, le cinéaste, est dans un état de santé inquiétant.

Des problèmes cardiaques et 30 kg de moins : après trois mois de grève de la faim, l'état de santé d'Oleg Sentsov s'est considérablement aggravé. Le cinéaste ukrainien, détenu en Russie, craint même que "sa fin ne soit proche", selon son entourage. Une situation qui a été évoquée lors d'un entretien téléphonique entre Emmanuel Macron et Vladimir Poutine.


"Le Président de la République a fait part au Président Poutine de son inquiétude, alors que l’état de santé de M. Sentsov semble se dégrader dangereusement, et de la nécessité pour la Russie de trouver de façon urgente une solution humanitaire à cette situation", indique un communiqué de l'Élysée, qui précise qu'Emmanuel Macron "a fait plusieurs propositions en ce sens" et que "le Président Poutine s’est engagé à y répondre et à diffuser rapidement des éléments sur l’état de santé de M. Sentsov".


Après cet entretien, les autorités pénitentiaires russes ont annoncé que des membres de la commission de surveillance publique des prisons avaient rendu visite à Oleg Sentsov vendredi, mais que ce dernier "ne s'est plaint de rien".

Le président français avait déjà évoqué cette situation en mai lors de sa rencontre à Saint-Petersbourg avec Vladimir Poutine, puis lui avait adressé un courrier pour "lui faire part de sa vive préoccupation sur l'état de santé du cinéaste et lui demander de réagir rapidement". Rebelote le 15 juillet au Kremlin, avant la finale de la Coupe du Monde. En vain, tant Vladimir Poutine demeure inflexible sur le sujet.

3,5 litres d'eau par jour

Pourquoi une telle sévérité côté russe ? Opposé à l'annexion de la péninsule ukrainienne de la Crimée par la Russie en 2014, Oleg Sentsov, 42 ans, a été accusé d'avoir coordonné les activités d'un groupe ultranationaliste ukrainien qui prévoyait d'attaquer les organisations prorusses et les infrastructures de la péninsule. Il a été condamné à 20 ans de camp pour "terrorisme" et "trafic d'armes" à l'issue d'un procès qualifié de "stalinien" par Amnesty International.  


Depuis, le cinéaste est détenu dans la colonie pénitentiaire de Labytnangui, dans la péninsule de Yamal, au nord de la Sibérie. Il a entamé sa grève de la faim le 14 mai. Depuis, le cinéaste boit 3,5 litres d'eau par jour et se fait injecter du glucose, des amino-acides et des vitamines via un goutte-à-goutte. Un régime auquel il s'astreint pour exiger sa libération mais aussi celles de tous les "prisonniers politiques" ukrainiens détenus en Russie. Son avocat, qui a pu le voir mardi 7 août, l’assure : le cinéaste est en train de mourir.


Depuis son arrestation, Oleg Sentsov a joui d’un soutien important en Ukraine. Un pays où il est principalement connu pour son long-métrage Gaamer. Celui-ci, sorti en 2011, s'était fait remarquer au Festival international du film de Rotterdam de 2012. Les gouvernements occidentaux ainsi que de nombreuses personnalités, comme l’écrivain Stephen King ou l’acteur Johnny Depp, ont appelé le Kremlin à le libérer.  En France, une pétition a été mise en ligne, signée par de nombreux auteurs et réalisateurs français. Parmi eux : Bertrand Tavernier, Régis Wargnier, Emmanuel Carrère, ou encore Leïla Slimani et Delphine de Vigan.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter