Omar El-Hussein : de la petite délinquance au terrorisme

Omar El-Hussein : de la petite délinquance au terrorisme

DirectLCI
DANEMARK – Derrière Omar El-Hussein, l'auteur présumé des attentats de Copenhague, se dessine le parcours d'un petit délinquant qui semble s'être radicalisé en prison.

Il y a un avant et un après prison. Comme de nombreux jeunes radicalisés, Omar El-Hussein semble y avoir amorcé son virage extrémiste. C'est en tout cas derrière les barreaux que l'auteur présumé des attentats de Copenhague a pour la première fois exprimé son souhait d'aller combattre en Syrie, selon le quotidien danois Berlingske. Les services de renseignement l'avaient alors placé sur une liste de personnes à surveiller.

"Il détestait les juifs"

Âgé de 22 ans, l'auteur présumé des fusillades, qui ont fait deux morts samedi, est né à Copenhague de parents palestiniens. Ces derniers avaient rejoint le Danemark via un camp de réfugiés en Jordanie. Une histoire de famille marquée par l'exil et les conflits qui semble avoir façonné sa vision du monde, explique le journal danois. "Il adorait discuter de l'islam. En particulier, il débattait souvent du conflit israélo-palestinien. Il n'avait pas peur de dire qu'il détestait les juifs", a raconté l'un de ses amis.

Ceux qui l'ont connu le décrivent comme une personne "intelligente" , "serviable", "bon en classe". Mais le jeune homme d'un mètre quatre-vingt-huit, qui aime pratiquer la boxe thaïe, avait aussi une face plus sombre : un caractère "impulsif", parfois "agressif", note une de ses amies. "C'était un bon camarade mais il a fini par avoir de mauvaises fréquentations, vraiment mauvaises", assure une autre connaissance au journal Politiken , qui se souvient que sa consommation de drogue l'a entraîné dans un milieu de délinquants peu recommandables. "Il est tombé dans un piège".

EN SAVOIR + >> Des bouquets de fleurs à l'endroit où a été abattu Omar El-Hussein

Une répétition des attentats de Paris ?

A cette époque, Omar El-Hussein fréquente alors les gangs de la capitale danoise qui sévissent dans le quartier populaire de Nørrebro. Il tisse des liens avec le groupe Raza et Brothas dont certains membres entretiennent des liaisons dangereuses avec les islamistes. Les deux bandes organisées, qui se disputent le marché de la drogue, concluent finalement à l’automne 2012 un accord de paix grâce à la médiation d’une organisation musulmane de Norrebro – ce qui avait à l’époque soulevé des inquiétudes, explique le journal Le Monde.

En novembre 2013, Omar El-Hussein poignarde un jeune homme de 19 ans dans un train de banlieue de Copenhague. Condamné à deux ans de prison, il est remis en liberté deux semaines avant les attaques de samedi. Les enquêteurs le soupçonnent d'avoir vouloir imiter les attentats de Paris. Qu'il a suivis depuis sa cellule.

EN SAVOIR + >> Notre dossier complet sur les attentats de Copenhague

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter